20 Minutes : Actualités et infos en direct
SécuritéLe préfet interdit l’hommage lillois de l’ultradroite à Thomas

Lille : Le préfet interdit l’hommage de l’ultradroite à Thomas

SécuritéL’appel par des figures de l’extrême droite locale sur les réseaux sociaux à un « rassemblement pour Thomas », ce mercredi, à Lille, suivi d’une déclaration officielle en préfecture, n’aura pas lieu
Des affiches placardées a Romans-sur-Isère représentant Thomas Perotto tenue de rugby (illustration).
Des affiches placardées a Romans-sur-Isère représentant Thomas Perotto tenue de rugby (illustration). - MOURAD ALLILI/SIPA / SIPA
Mikaël Libert

Mikaël Libert

L'essentiel

  • Le préfet du Nord a interdit une manifestation organisée par l’extrême droite à Lille en hommage à Thomas, tué lors d’une fête de village.
  • L’interdiction se justifie par le contexte de violences de l’ultradroite lors d’un événement similaire à Romans-sur-Isère.
  • Le préfet craint des messages haineux et des affrontements entre manifestants d’extrême droite et d’extrême gauche.

Mardi, le préfet du Nord a pris un arrêté d’interdiction d’une manifestation organisée à Lille, ce mercredi, en « hommage à Thomas, assassiné à Crépol lors d’une fête de village ». Ce rassemblement avait fait l’objet, vendredi dernier, d’une demande officielle auprès de la préfecture par trois organisateurs, Alaric Py, militant de Génération Z, Mathéo Tessa, élu du syndicat étudiant de droite UNI, et Nathan Trotin, dirigeant du mouvement d’extrême droite La Cocarde Lille. L’appel avait par ailleurs été relayé de nombreuses fois sur les réseaux sociaux par l’extrême droite locale.

Un contexte de violences de l’ultradroite

Samedi, c’est un événement du même genre qui avait été organisé à Romans-sur-Isère par des militants et des sympathisants de l’extrême droite ou de la mouvance identitaire. Une manifestation qui a débouché sur l’interpellation et la condamnation de six personnes, notamment pour leur « participation à un groupement formé en vue de la préparation de violences », de « violences sur personnes dépositaires de l’autorité publique » et de « dégradations volontaires ». C’est un des arguments de contexte mis en avant par le préfet du Nord pour interdire la manifestation prévue à Lille, ce mercredi soir.

En outre, et hormis le fait que le lieu du rassemblement se situe en plein centre-ville, au beau milieu des installations de Noël, le représentant de l’Etat craint de la part des manifestants des « messages d’incitation à la violence, voire à la haine ». Le préfet assure par ailleurs qu’une contre-manifestation, organisée par l’extrême gauche, pourrait déboucher sur des affrontements entre ces groupes « antagonistes ». Sans oublier la traditionnelle manifestation du comité des sans papiers 59, organisée chaque mercredi soir depuis de nombreuses années dans le centre-ville de Lille.

Sujets liés