Thomas Pocher, le gérant vert des magasins

— 

Thomas Pocher a repris le flambeau de son père comme adhérent au groupe Leclerc et mise tout sur le marketing vert et la consommation durable.
Thomas Pocher a repris le flambeau de son père comme adhérent au groupe Leclerc et mise tout sur le marketing vert et la consommation durable. — O. TOURON / 20 MINUTES

Le parcours de Thomas Pocher est parsemé de vert. Directeur des magasins Leclerc de Templeuve et Wattrelos, il tente de résoudre la difficile équation entre défense environnementale et grande distribution. Ce trentenaire aime se définir comme « pionnier et pragmatique ». Pionnier, parce qu'il multiplie les initiatives écolos depuis son arrivée dans le groupe en 1997. « Ma première mission a été de supprimer les sacs en plastique aux caisses. » Pragmatique car il ne perd pas de vue que son premier objectif est de répondre à la demande du consommateur. « Le client doit modifier son comportement, sans être effrayé. »
Depuis deux ans, le bilan carbone des produits alimentaires est affiché en rayon et sur les tickets de caisse. « Une démarche innovante pour aider les consommateurs à faire le bon choix », se réjouit Tristan Lecomte, fondateur du label Alter Eco, leader dans le commerce équitable. Thomas Pocher illustre sa démarche : « La pomme qui vient de Chine a un important bilan carbone. Avec cette information, le client peut être amené à choisir des fruits de saison. » Pourquoi ne pas retirer la pomme chinoise du rayon ? « Je ne suis pas là pour dire ce que les gens doivent manger. De toute façon, la pomme est sur le marché. Mon rôle est d'inciter les gens à arrêter de l'acheter. » En attendant que les habitudes de consommation évoluent, le dirigeant montre l'exemple. Dans son magasin, exit les chariots et les paniers métalliques. Ils sont composés de matériaux venant du tri sélectif : « Un chariot, c'est 250 bouteilles en plastique recyclé et 36 kg d'équivalent pétrole économisé. »
Depuis un mois, il est parti en croisade contre le gaspillage alimentaire. « Dans nos poubelles, 7 % des déchets sont des produits non consommés. » Thomas Pocher réfléchit à des offres promotionnelles plus saines : « On essaie parfois de refourguer 75 œufs aux gens. A moins d'être pâtissier, je ne vois pas l'intérêt ! »Steeven Demora