Le film militant en résistance

— 

Trente ans que ça dure. Hier soir s'est ouvert le 30e festival de l'Archarnière*, consacré au cinéma militant, associatif et étudiant. Un des plus vieux rendez-vous culturels de Lille, organisé par une dizaine de bénévoles. Cette aventure, elle est portée depuis le début par une prof de l'université de Lille-III, Louisette Faréniaux. « Aujourd'hui, ce serait plus difficile de monter ce genre de festival, avoue-t-elle. Beaucoup de réseaux issus des mouvements populaires ont disparu. » Pourtant, le film militant n'est pas mort, selon l'organisatrice du festival. « Les organisations sociales, comme Attac par exemple, reprennent l'habitude de travailler avec le documentaire pour faire connaître leur cause. »
Inutile d'attendre des têtes d'affiche. Pas le genre de la maison. Cette année, la programmation s'appuie sur une rétrospective des productions régionales de ces trente dernières années.G. D.