20 Minutes : Actualités et infos en direct
FINANCESPrix de l’énergie et inflation auront-ils un impact sur le budget de Lille ?

Lille : Quels impacts auront l’inflation et le coût de l’énergie sur le budget municipal ?

FINANCESL’équipe municipale a présenté, ce vendredi, en conseil municipal, un rapport d’orientations budgétaires pour l’année 2023 largement marqué par une conjoncture économique difficile
Vue depuis le beffroi de l'hôtel de ville de Lille (illustration).
Vue depuis le beffroi de l'hôtel de ville de Lille (illustration). - M.LIBERT/20 MINUTES / 20 Minutes
Mikaël Libert

Mikaël Libert

L'essentiel

  • Lille a présenté en conseil municipal, ce vendredi, son rapport d'orientations budgétaires pour 2023.
  • Il s'agira de composer avec des hausses importantes des dépenses de fonctionnement, notamment de l'énergie.
  • La municipalité se refuse toutefois à augmenter la fiscalité pour ne pas pénaliser le pouvoir d'achat des habitants.

Sur la corde raide. Lille ne fera pas exception à la règle conjoncturelle qui prévoit des jours difficiles en termes de finances pour tout le monde. Avec une inflation indécente, des tarifs de l’énergie qui dépassent l’entendement, des taux d’intérêt qui flambent, le montage du budget de la ville pour 2023 relève davantage de la performance d’équilibriste que d’un exercice comptable. Malgré tout, le rapport d’orientations budgétaires présenté à la presse, ce vendredi matin, ne prévoit pas de plonger Lille dans une austérité digne de l’Allemagne de l’Est.

« Ça aurait pu être pire », reconnaît Audrey Linkenheld, première adjointe en charge de la transition écologique et du développement soutenable, tout en ajoutant qu’il était néanmoins « difficile de se projeter ». En gros, le budget 2023 devra être construit avec deux contraintes principales : des charges qui explosent et des recettes qui stagnent. La hausse des prix du gaz et de l’électricité représente à elle seule une dépense supplémentaire de 12,5 millions d’euros. Outre l’énergie, c’est aussi l’inflation qui pèse mécaniquement, et de plusieurs manières, sur les dépenses de la ville. A commencer par l’augmentation du point d’indice des agents municipaux pour compenser l’inflation justement.

Pas question d’augmenter la taxe foncière

Face à cela, la ville ne dispose pas de pléthore de leviers sur lesquels agir sans pénaliser les habitants. Bonne nouvelle, donc, il n’est pas question d’augmenter la taxe foncière, les tarifs des cantines ou de rogner sur les services publics : « Nous maintenons notre soutien aux associations et un haut niveau de service pour l’enfance, la solidarité, la culture, le sport », assure Marion Gautier, élue en charge du budget. Le rapport d’orientations prévoit aussi une poursuite, et même une augmentation des investissements à hauteur de 120 millions d’euros. « Investir dans la rénovation environnementale des bâtiments publics est nécessaire pour en faire baisser ensuite les frais de fonctionnement », explique Audrey Linkenheld.



Alors, comme l’argent ne pousse pas sur les arbres en plastique de l’hôtel de ville, il faudra le trouver ailleurs. « Nous allons recourir davantage à l’emprunt et accepter de voir nos équilibres financiers se dégrader en 2023, assume l’élue au budget. Cela se traduira notamment par la baisse de notre épargne nette. »

Une situation tenable un temps et qui devra être réévaluée en fonction de la conjoncture. « On attend aussi beaucoup de l’Etat qui, lui, voit son budget augmenter grâce à l’inflation, avec la TVA par exemple », espère la première adjointe.

Sujets liés