Le collège MLK de Calais sous le choc

— 

C'était le statu quo hier au collège Martin-Luther-King de Calais, où les personnels enseignants et non-­enseignants exerçaient toujours leur droit de retrait. Le mouvement a débuté lundi après qu'une bouteille explosive remplie d'acide avait été lancée dans la cour à l'heure de la récréation. Une pétition réclamant de nouveaux moyens a recueilli 800 signatures en quelques heures hier, dans le quartier du collège, le Beau-Marais. « Des enseignants, du personnel administratif, des élèves et des habitants du quartier sont venus nous aider pour la faire signer. Cela montre bien la mobilisation, et prouve que ce n'est pas le quartier qui pose problème », soulignait hier Mickaël Dauvergne, enseignant en histoire-géographie à MLK. Selon lui, le collège a perdu plus de la moitié des moyens d'encadrement des élèves en dix ans. Une réunion en sous-préfecture de Calais se tenait hier en fin d'après-midi, en présence de l'inspecteur d'académie.O. A.