Des salariés qui crèvent l'écran

Claire Hohweyer

— 

Cinquante-sept salariés de Total ont été engagés comme figurants pour le tournage du nouveau film de Cédric Klapisch.
Cinquante-sept salariés de Total ont été engagés comme figurants pour le tournage du nouveau film de Cédric Klapisch. — E. Delpierre / 20 Minutes

C'était du cinéma. Cinquante-sept Total, têtes basses, en bleu de travail, ont manifesté à Dunkerque samedi, mégaphone au poing et drapeaux syndicaux au vent. Engagés comme figurants sur le film de Cédric Klapisch Ma part du gâteau, les salariés grévistes de la raffinerie des Flandres n'ont eu qu'à reproduire la réalité. Pas devant Total, mais devant Rubis Terminal, une entreprise de stockage de carburants, rebaptisée pour l'occasion Sifranor. « Eh Pilou, regarde pas la caméra hein ! » L'ambiance est bon enfant, malgré l'attente. Après 18 ans de boîte, « Pilou » ne s'attendait pas à l'annonce de la fermeture de la raffinerie des Flandres, le 8 mars. Alors ce film « change du quotidien ». Beaucoup ont dit « oui » tout de suite. D'autres, comme ces deux employées administratives, montrent leur soutien. « Nous ne sommes pas grévistes dans la réalité. Mais être dans ce film avec nos collègues est une façon d'être solidaires. » D'ailleurs, c'est au pot des grévistes que seront reversées les rémunérations des figurants (90 € par jour). Pour de vrai.

Comédie sociale

Dans Ma part du gâteau,Karin Viard joue le rôlede France, mère de familledunkerquoise, victimed'un licenciement économique. Un scénario taillé sur mesure pour Dunkerque ? Pourtant, c'est l'été dernier que Cédric Klapisch a choisi le lieu du tournage,alors que la fermeturede la Raffinerie des Flandresa été annoncée le 8 mars.