Le flou sur la mort de Typhaine

olivier Aballain

— 

Typhaine, 5 ans, est morte le 10 juin chez sa mère, qui l'avait enlevée en janvier 2009.
Typhaine, 5 ans, est morte le 10 juin chez sa mère, qui l'avait enlevée en janvier 2009. — OLIVIER TOURON / 20 MINUTES

Trois mois d'enquête, et toujours aucune information sur les causes exactes du décès de Typhaine. Le corps de la petite fille a été exhumé le 9 décembre dans la banlieue de Charleroi, en Belgique, où le concubin de la mère l'avait sommairement enterré en juin 2009. Vendredi, son père, François Taton a tenu une conférence de presse pour exprimer sa souffrance de n'avoir pas encore reçu d'explication claire sur le décès de sa fille. Cité par La Voix du Nord, il a expliqué vouloir « savoir si elle est morte de la main de sa mère ou si c'était un accident ».

Discrétion ou souci technique
Après avoir soutenu pendant six mois la thèse de la disparition, la mère de la victime et son concubin avaient été mis en examen et écroués en décembre pour « violences ayant entraîné la mort sans intention de la donner ». L'autopsie du corps devait permettre de vérifier les déclarations des suspects, qui ont finalement avoué de nombreux mauvais traitements sur la fillette. Leur version fait état d'une douche froide trop prolongée.
Mais l'état du corps, qui a résidé six mois dans une terre de forêt humide, a sans doute rendu la vérification fastidieuse. Pour Emmanuel Riglaire, avocat des deux prévenus, « cette absence d'information laisse courir les rumeurs ». « Est-ce un problème technique ou une réticence de la juge d'instruction ? », s'interroge-t-il. Toujours selon La Voix du Nord, les experts belges, auxquels le corps a été confié, ont demandé des analyses complémentaires. Selon nos informations, la mère de Typhaine et son concubin devraient être de nouveau entendus mardi par la juge.