Le Vieux-Lille plongédans la stupeur

olivier aballain

— 

Le local d'Esperanza est resté fermé hier.
Le local d'Esperanza est resté fermé hier. — O. Touron / 20 Minutes

De l'extérieur on ne remarque rien, sinon des gouttes de sang sur le perron du local de l'association Esperanza. Hier, la cité Paul-Ramadier, dans le Vieux-Lille, se remettait calmement de la rixe qui a laissé un homme d'une quarantaine d'années sur le carreau dimanche après-midi. De source policière, les jours de la victime, touchée au ventre, ne sont pas en danger. Mais les policiers n'ont pas pu encore entendre son témoignage, et son agresseur, âgé de 26 ans, a pris la fuite. Le quartier se demandait hier comment une brouille « a pu en arriver là ».

Jamais de faits aussi graves
Rien à voir avec la colère qui avait suivi en septembre la mort d'un homme dans un fourgon de police. Hier, les conversations se tenaient à huis-clos dans les halls d'immeubles. « On n'en est jamais arrivé à se battre avec une arme ici », témoignait un jeune du quartier. « Il y a des brouilles, explique Farid. Mais pas de faits aussi graves, tout le monde se connaît. C'est une cité qui a des problèmes de cité, mais il n'y a pas que des cas sociaux, il y a beaucoup de gens qui travaillent, qui ont des enfants. » L'agresseur de la victime n'est d'ailleurs pas en rupture puisqu'il travaille, selon nos informations, dans une surface commerciale du centre-ville. Son geste reste d'autant plus mystérieux.