Une recrue haute en couleurs

Gilles Durand

— 

Le scénario ressemble davantage à Bienvenue chez les Ch'tis

qu'au Gendarme de Saint-Tropez. C'est l'histoire d'un colonel de gendarmerie qui, après avoir servi au Liban, à La Réunion, aux îles Eparses dans l'océan Indien et en Côte d'Ivoire, se retrouve pour sa dernière affectation... à Villeneuve-d'Ascq. Mais pour Jean-Michel Broutin, cette affectation n'a rien d'une sanction. « Je suis entré dans la gendarmerie pour servir l'Etat. J'accepte ce qu'on me donne », dit-il humblement. Pour le coup, il est servi. Lui, le chasseur alpin originaire de Grenoble, trouve l'horizon soudain bien vaste. « La montagne me manque, c'est sûr, mais je ne pense pas avoir de mal à m'adapter. »

A 55 ans, ce sera sa dernière mission. Pas trop tôt pour cet homme d'action qui a multiplié les expériences. La dernière en date a duré trois ans, comme attaché de sécurité intérieure à l'ambassade de France à Abidjan. « Je suis arrivé alors que les tensions n'étaient pas encore apaisées entre la Côte d'Ivoire et la France », précise Jean-Michel Broutin. Là-bas, il est chargé de la coopération policière, ne compte plus les formations dans la lutte contre la contrefaçon et, surtout, la cybercriminalité. « Pas facile, quand les commissariats n'ont parfois pas un seul ordinateur. »

Mais Afrique rime aussi avec politique. Pendant son séjour, les dossiers brûlants se sont accumulés : la disparition du journaliste Guy-André Kieffer en 2004 ; l'extradition de Youssouf Fofana, chef du « gang des barbares » ; l'assassinat d'un diplomate français en 2007 ou encore la disparition mystérieuse d'un autre Français l'an dernier. « Une cinquantaine d'affaires sont encore en cours. » Sur lesquelles il se garde bien de s'étendre, droit de réserve oblige.

Ses souvenirs les plus forts, ce ne sont pas dans les arcanes du pouvoir qu'il les puise, mais dans les opérations de secours en montagne. « Ce sont des moments de tension extrême. » Il se rappelle ce dimanche où il fut appelé en renfort pour partir en Espagne diriger 200 secouristes à la recherche de deux couples : « On les a retrouvés, mais trop tard. »

Pour ce catholique pratiquant, rendre service est resté une valeur essentielle. Au point d'aller compter les tortues sur l'île Juan-de-Nova, au milieu de l'océan Indien. « Heureusement, ça n'a pas duré longtemps, plaisante-t-il. J'ai choisi l'armée, puis la gendarmerie, pour rompre avec la monotonie du quotidien. » W