L'opposition lilloise perd une voix

— 

« Quand on est élu, on passe un contrat avec les électeurs. » Isabelle Baert, conseillère municipale (UMP) du groupe d'opposition « Union pour Lille », ne transige pas avec ce principe. Hier, elle a annoncé sa rupture avec sa famille politique à cause « du manque d'assiduité » de certains conseillers municipaux de son groupe.

Une décision que regrette Christian Decocq, leader (UMP) de l'opposition au conseil municipal de Lille. « Je lui avais dit de ne pas prendre de décision à l'emporte-pièce. Chacun fait selon ses compétences et ses disponibilités, et la machine ne marchait pas trop mal depuis six mois », tempère-t-il. Pas assez pour Isabelle Baert, qui a décidé de reprendre sa liberté de vote. La conseillère municipale a sans doute mal vécu le fait de ne pas être retenue par l'UMP sur les listes électorales pour les régionales. Contrairement à certaines autres personnalités qui répondent à « une volonté de diversité de parade », selon Isabelle Baert. W

G. D.