E. DELPIERRE / 20 MINUTES

Lille

La région va enfin avoir meilleure mine

L'ex-bassin minier inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco. Le pari n'a plus rien d'impossible. Hier, Jean-François Caron, président (Verts) de Bassin minier unifié (BMU) - l'association qui portait le projet depuis sept ans - était à la Maison de ...

L'ex-bassin minier inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco. Le pari n'a plus rien d'impossible. Hier, Jean-François Caron, président (Verts) de Bassin minier unifié (BMU) - l'association qui portait le projet depuis sept ans - était à la Maison de l'Unesco de Paris pour y déposer son dossier de candidature de 1 600 pages. Il représentera la France pour une éventuelle inscription au patrimoine de l'Unesco en juillet 2011. « On est à mi-chemin de l'objectif, mais le premier combat est déjà gagné. Il s'agissait de changer l'image du bassin minier », jubilait Jean-François Caron.

Vingt ans après la fermeture du dernier puits à Oignies, l'ex-bassin minier du Nord-Pas-de-Calais revient donc sur le devant de la scène. Au titre des paysages culturels et évolutifs de l'Unesco, comme sont déjà estampillés les châteaux du Val de Loire ou les vignobles millénaires français. « Mais ce n'est pas tout à fait la même catégorie sociale », sourit Jean-François Caron. Pour Alain Wacheux, vice-président (PS) de la mission bassin minier, cette candidature défend avant tout « un socle de valeurs traditionnelles et pas seulement un patrimoine physique ». La particularité du dossier est d'engager un territoire de 120 km de long qui s'étend d'Enquin-les-Mines à Condé-sur-l'Escaut sur environ 200 terrils et 21 chevalements. Sont concernées 87 communes affichant chacune au moins un site.

« Cela a demandé beaucoup de travail pour préparer les élus, mais le vent a tourné et l'arrivée du Louvre-Lens fait partie de cette dynamique », explique Frédéric Kowalski, chargé d'étude en patrimoine à l'association La Chaîne des terrils. Car le projet n'est pas de transformer l'ex-bassin minier en musée. « Le label n'offre pas directement de financement, mais il doit favoriser l'aménagement du territoire », souligne Catherine Bertram, directrice du partenariat à la Mission bassin minier. Histoire que, dans quelques années, le pays minier ne bascule pas au patrimoine mondial en péril. W