Le tireur de Lille choisissait ses victimes

Olivier Aballain

— 

Le père de famille tué dans la rue était une connaissance du tireur.
Le père de famille tué dans la rue était une connaissance du tireur. — C. DHALLUIN / 20 MINUTES

Il n'a pas tiré au hasard. L'auteur présumé des coups de feu mortels à Faubourg-de-Béthune a été mis en examen hier et écroué pour assassinat, tentative d'assassinat et violences volontaires avec arme et préméditation, à l'issue de sa garde à vue. Il avait été interpellé dimanche après-midi par le GIPN, 24 h après avoir tué de plusieurs coups de fusil de chasse un père de famille de sa connaissance. Auparavant, il avait tiré sur la vitrine d'un « allô couscous » et blessé dans le dos un éducateur d'un foyer de l'Abej, une association au service des sans-abri.

L'homme, un marginal et toxicomane âgé de 24 ans, a avoué le meurtre hier. Selon ses déclarations, il semble qu'un différend l'opposait à chacune de ses victimes. Y compris pour le premier coup de feu, sur la vitrine du restaurant, où « il visait quelqu'un » selon le procureur de la République de Lille, Frédéric Fèvre. Mais le marginal refusait d'en dire plus hier sur les motifs précis du coup de folie. Impossible également de savoir quand il a acheté son arme, qui n'a toujours pas été retrouvée. Des analyses sont en cours pour savoir s'il était sous l'emprise du cannabis, sa drogue habituelle, lorsqu'il a commis l'irréparable. Si la préméditation est reconnue, il risque la réclusion criminelle à perpétuité. W