Trois ans ferme pour le récidiviste

Gabriel THIERRY

— 

Sa libération sous contrôle judiciaire, fin août, avait déchaîné la colère de la famille de la victime, laquelle avait mené une expédition punitive.

Hier, sur le banc des prévenus du tribunal correctionnel de Lille, Alexandre, 18 ans, était entouré de deux policiers. Maintenu en prison depuis le 19 octobre, il avait agressé, le 22 août dernier, un enfant de 7 ans à Lille-Plage en lui pratiquant une fellation. « Une éducatrice s'est impliquée tous les jours, mais vous avez quitté le foyer d'Arras », s'énerve le procureur Laurent De Caigny. Le jeune homme, déjà condamné pour agression sexuelle, ne dit rien et ose à peine lancer des coups d'oeil à son avocate.

Dans son dos la famille de la victime fulmine. Eux fusillent du regard celui qui a ruiné leur vie. « Qu'il aille en prison et qu'il se fasse soigner », commente la maman. L'une de ses filles aurait fait deux tentatives de suicide, et l'enfant dormirait avec des couches-culottes, n'osant plus aller seul aux toilettes la nuit. Devant la présidente Cécile Dangles, Alexandre, qualifié « d'inadapté social », explique péniblement avoir voulu « montrer qu'il aimait bien l'enfant ». Il avait arrêté de prendre ses médicaments, qu'il n'était d'ailleurs pas obligé de prendre. Parce qu'il n'a pas respecté son contrôle judiciaire, le procureur réclame la peine plancher, trois ans ferme, et l'obtient. La mère de la victime écoute la voix tonitruante du magistrat. Anxieuse. Sa tentative de vengeance à coups de matraque télescopique sera jugée en janvier. Par le même tribunal. W