Le Syndicat des avocats voit rouge

— 

Suppression programmée des Prud'hommes ou instauration de fichiers, la liste des griefs est longue. Pour le syndicat des avocats (SAF), réuni ce week-end à Lille pour son congrès national, les réformes de la justice ne vont pas dans le bon sens. « Les dérives libérales renforcent la répression et entament les droits des plus faibles », affirme le président du SAF, Jean-Louis Borie. Le SAF, c'est ce syndicat qui s'est mobilisé pour faire libérer 139 des 140 migrants arrêtés à Calais. Son rapport moral n'y va pas avec le dos du barreau. « Ce gouvernement attaque la justice de tous les côtés, poursuit Jean-Louis Borie. Dernier exemple : la baisse de 8 % du budget de l'aide juridictionnelle. »

Le congrès a aussi débattu de l'avenir de la profession. Un rapport remis au ministère de la Justice préconise en effet l'introduction de capitaux extérieurs dans les cabinets d'avocats. « Incompatible avec notre indépendance et notre déontologie », s'insurge Jean-Louis Borie. W

G. D.