Norsys, roi des ventes interactives

Thierry Butzbach

— 

A la barbe des géants comme IBM, Atos et Orange, Norsys vient de remporter l'appel d'offres lancé par le Pôle de compétitivité des industries du commerce (Picom). La petite société de services informatiques de la métropole (19 millions de chiffre d'affaires), qui emploie 200 personnes dont la moitié à son siège d'Ennevelin, a été choisie pour développer le kiosque de services du projet U-shopping (commerce ubiquitaire) du Picom. Favorisant le commerce interactif, ce projet de 1,9 million d'euros permettra aux dix millions de visiteurs annuels du centre commercial d'Englos d'accéder à différents services depuis leurs téléphones portables.

Le principe : des bons de réductions et des fiches techniques détaillées, mais aussi la géolocalisation de sa voiture ou le téléchargement de recettes en rapport avec les produits achetés. « Il sera possible de commander son poisson avec son portable et faire ses courses dans la galerie en attendant d'être prévenu par SMS qu'il est prêt », détaille Denis Cassoret, directeur d'agence de Norsys. Après une évaluation d'un an, les services seront affinés et transposés dans les rues piétonnes de Lille en 2011. Avec, en prime, la possibilité de payer avec son portable.

La société nordiste n'en est pas à son coup d'essai. Elle a déjà à son actif la réalisation des sites marchands dédiés aux téléphones portables des sociétés de vente à distance comme 3 Suisses et Becquet. Ainsi que la mise en ligne pour mobiles du catalogue du spécialiste multimédia Boulanger. W