Le vendeur sonne toujours deux fois

Gilles Durand

— 

Le Salon de la venteà distance, hier.
Le Salon de la venteà distance, hier. — E. DELPIERRE / 20 MINUTES

La vente à distance a-t-elle toujours un avenir dans la région ? Le traditionnel Salon de la VAD (vente à distance) qui s'est ouvert hier à Lille Grand Palais, doit s'en convaincre pendant trois jours. Atout majeur : l'excellente santé de l'e-commerce, avec la création de deux sites Internet marchands par heure en France. « On va recenser 60 000 sites à la fin de l'année, témoigne Eric Platiau, président du Salon VAD & e-commerce. Au coeur de cette croissance, les acteurs traditionnels de la vente par correspondance s'en sortent très bien. La moitié de leur chiffre d'affaires se fait sur Internet. »

Preuve de leur bonne santé commerciale, les deux géants de la VAD que sont les Trois Suisses (3e) et La Redoute (5e) font partie du Top 5 des sites marchands sur le Web, en terme de fréquentation (d'après une étude Médiamétrie/Fevad). Mais si ces entreprises ont réussi à négocier le virage Internet il y a plus de dix ans, d'autres défis les attendent. D'abord, les chaînes de magasins créent à leur tour leur site. « Environ 10 % du commerce global se fait désormais sur Internet », souligne Eric Platiau.

Autre phénomène nouveau qui pourrait changer la donne, le développement des ventes sur les téléphones mobiles. Des phases d'expérimentation se tiennent à Lille, au sein du Pôle de compétitivité des industries du commerce (Picom). « La mutation est difficile en pleine crise économique, mais c'est l'avenir », pronostique Eric Platiau. W