La petite reine prend du galon

Gilles Durand
— 
La métropole réfléchit à un objectif de 10 % de déplacements urbains à vélo en dix ans.
La métropole réfléchit à un objectif de 10 % de déplacements urbains à vélo en dix ans. — E. DELPIERRE / 20 MINUTES

« Il n'existe aucun gène du vélo, la pratique dépend de l'ambition politique. » Eric Quiquet, vice-président (Verts) de Lille Métropole en charge des transports, entend profiter des Etats généraux du vélo*, cette semaine, pour convaincre la Métropole d'adopter un vrai Plan vélo dès 2010. Objectif : faire passer la part de la bicyclette dans les déplacements urbains de 2 à 10 % lors des dix prochaines années. Question budget, Eric Quiquet souhaite enclencher le gros braquet : « Cette année, une ligne budgétaire spécifique d'un million nous a permis de réaliser une soixantaine d'aménagements. L'an prochain, il faudrait passer à cinq millions. » Les 320 km de pistes cyclables de la Métropole devraient donc s'étendre. Et les places de stationnement se multiplier.

En ligne de mire, le projet de deux parkings de stationnement (3 000 places) autour de Lille Flandres. « Actuellement, c'est la principale carence », regrette Eric Quiquet, qui espère voir les travaux commencer l'an prochain, malgré la fin de non-recevoir opposée par Martine Aubry. En revanche, pas question dans ce futur Plan vélo de se mettre dans les roues du système de libre-service tel que Vélib'. Certes, dans le cadre de la délégation de service public, les opérateurs de transport Keolis et Veolia sont sur les rangs pour concocter un programme de ce type, mais pour Eric Quiquet, « ce n'est pas une solution miracle et, en plus, le libre-service coûte assez cher en maintenance ». Autre solution à l'étude : la location de longue durée pour les étudiants. W

* Jeudi et vendredi, à l'hôtel de ville de Tourcoing. Entrée libre et gratuite.