« Quelques jours après, on m'a dit que je l'ouvrais trop »

— 

Rue Jules-Guesde, les commerçants se plaignent de l'insécurité

. Témoignage de l'un d'eux, qui souhaite rester anonyme par crainte de représailles.

L'insécurité, ça se calme ?

Non. En juillet et août, c'était calme à cause des vacances. Mais maintenant, les problèmes remontent du côté de la place du marché de Wazemmes. Du shit, de la cocaïne. Depuis qu'il y a la police de proximité à Lille-Sud [installée début juin], ici on est envahis.

Les commerçants ont peur ?

J'ai répondu à une interview de France 3. Quelques jours après, on m'a dit que j'ouvrais trop ma bouche. Ils tapent aux carreaux, passent le doigt sous la gorge. C'est pour ça que les commerçants ne veulent pas parler.

Vous avez alerté les autorités ?

Quand on en parle aux élus, ils écoutent. Du côté de la police, ça bloque. On envoie un courrier en mars, le procureur nous répond en septembre pour dire que notre plainte est classée sans suite... [L'infraction n'étant pas suffisamment caractérisée] W

Recueilli par G.T.