Le ciné doit se remettre en salle

Gilles Durand

— 

La métropole lilloise manque de fauteuils.

Du coup, les Lillois vont moins

au

cinéma que les autres. C'est une étude menée par l'Observatoire du cinéma à Lyon qui en dresse le constat. Dans le classement des six plus grandes métropoles (excepté Paris), Lille prend l'avant-dernière place avec 4,44 entrées par habitant, derrière Nantes (5,96), Toulouse (5,30), Bordeaux (5,18) et Lyon (4,47) et devant Marseille (3,89). La cause principale, un nombre de fauteuils et d'écrans insuffisants.

En dix ans, le nombre d'habitants pour un fauteuil est passé de 51 à 65. Si on en croit un autre chiffre, la volonté d'aller au cinéma existe, comme le prouve le nombre d'entrées par fauteuils, en forte augmentation depuis dix ans, passant de 245 à 280 (juste derrière Toulouse). Avec un petit bonus dû au succès et à l'effet Bienvenue chez les Ch'tis.

L'inauguration prochaine, le 6 novembre, d'un complexe de 12 salles UCG à Villeneuve-d'Ascq est attendu et répondrait même à un vrai besoin du public. « On s'aperçoit qu'à l'est et au sud de la métropole, l'offre est quasi inexistante », souligne Jérôme Zelent, futur directeur du complexe. Lui-même ancien directeur à Nantes, l'homme compare : « Nous avions un concurrent en face de nous, il était situé dans la même zone commerciale. C'est peut-être un peu trop, mais Nantes est tout de même la ville où l'on va le plus au cinéma. » W