Vers un automne sans patates ?

Olivier Aballain

— 

En août, les chutes de pluie étaient déficitaire, et la situation a empiré en septembre.
En août, les chutes de pluie étaient déficitaire, et la situation a empiré en septembre. — MEIGNEUX / SIPA

C'est rare, mais c'est embêtant. Après deux mois de beau temps, le Nord-Pas-de-Calais commence à sérieusement souffrir de sécheresse. Au point que la dureté des sols asséchés contrarie la récolte des pommes de terre, et même des betteraves. Un comble, alors qu'on attaque l'automne. En août, les chutes de pluie sur la région étaient déjà déficitaires de moitié. La situation a empiré en septembre, puisque le déficit autour de Lille, Cambrai et Boulogne atteint cette fois les 60 %.

Dans certains secteurs, les producteurs de pomme de terre doivent carrément arroser leur champ pour pouvoir sortir les tubercules. « Si on ne le fait pas, la pomme de terre est abîmée par les mottes, et ensuite, elle se conserve mal », explique Christophe Polin, de la FDSEA du Pas-de-Calais. De même, plusieurs sucreries peinent à assurer leur approvisionnement en betteraves, les producteurs attendant la pluie pour faire passer les machines.

« Des sécheresses passagères en septembre, ça arrive, mais sur une période aussi longue, je ne crois pas avoir déjà vu ça, témoigne Christophe Polin. Certains producteurs qui n'ont pas d'irrigation sont bloqués. » Pour ce qui est de l'approvisionnement en eau, en revanche, le clignotant n'est pas encore au rouge, selon l'Agence de l'eau Artois-Picardie : « Les nappes phréatiques se rechargent surtout d'octobre à mars, explique son directeur, Alain Strébelle. Et l'an dernier, la pluviométrie avait été bonne. » Selon la météo de la semaine, les pluies ne devraient d'ailleurs pas tarder. « Mais il faudrait que ce soient de petites pluies, pour éviter les ruissellements », prévient Alain Strébelle. W