Cegelec réagit à une menace de suicide

— 

L'entreprise Cegelec va mettre en place un numéro vert pour le site de Douvrin, après qu'un de ses salariés a menacé par lettre anonyme de se suicider en raison de ses conditions de travail, a-t-on appris hier. L'inspection du travail a fait suivre ce courrier à la direction de l'entreprise, qui a réuni un comité hygiène et sécurité extraordinaire, hier à Wasquehal. Le siège de la filiale Nord et Est est l'une des deux entités du groupe (sur six) en grève depuis lundi pour des questions de salaires. « Nous ne prenons pas de risque : outre le numéro vert, auquel répondra une assistance sociale extérieure, nous cherchons à identifier l'auteur de la lettre, et nos personnels d'encadrement de Douvrin vont être sensibilisés à la détection d'éventuels signes de fragilité », a indiqué la direction à l'AFP. « Tout le monde prend ça au sérieux », a précisé de son côté Eric Fatoux, délégué CGT. Il rappelle que l'entreprise, qui doit être cédée au groupe Vinci par le fonds qatar Diar, « a connu un millier de licenciements en trois ans ». W