Quand la prison oublie les règles

Gilles Durand

— 

Depuis mars, une vingtaine de détenus ont portés plainte pour mauvais traitements.
Depuis mars, une vingtaine de détenus ont portés plainte pour mauvais traitements. — OLIVIER TOURON/ 20 MINUTES

Ils seront quatre à répondre de leurs faits devant le conseil de discipline national. Le rapport de l'Inspection générale des services pénitentiaires (IGSP) est formel. Hier, France Bleu Nord révélait le contenu de ce document, concernant des violences et pressions présumées sur des détenus de la maison d'arrêt de Valenciennes. Un rapport joint à une information judiciaire ouverte le 27 mai par un juge d'instruction.

Cette affaire de maltraitance dans la prison valenciennoise a démarré en mars. A l'époque, sept détenus avaient déposé plainte pour mauvais traitements. Effet boule de neige, le parquet a recensé par la suite une quinzaine de cas. Six ont été classés sans suite. Un seul pour l'instant a donné lieu à la mise en examen de deux surveillants. Pour les autres, les enquêtes sont en cours.

Faut-il s'attendre à d'autres mises en examen ? L'avocat de dix détenus, Jean-Philippe Broyart, en est persuadé, mais refuse de s'exprimer sur une instruction en cours. Selon les conclusions du rapport administratif, deux cadres et sept surveillants sont ainsi mis en cause. Il est notamment reproché à la hiérarchie d'avoir couvert une sanction prise sans respect de la procédure réglementaire. « Les personnes concernées doivent s'expliquer avant un conseil disciplinaire qui aura lieu en novembre », précise Alain Jégo, directeur interrégional des services pénitentiaires.

Malgré tout, Yannick Lasserre, délégué régional FO-pénitentiaire, reste convaincu que cette affaire va se dégonfler : « Un des deux collègues mis en examen a déjà repris ses fonctions. Il est parti à Paris après avoir réussi un concours. » W