Enseignants supplémentaires et expérimentations pédagogiques

Gilles Durand

— 

Quoi de neuf pour cette rentrée scolaire ? Entre la crainte de la grippe et les baisses d'effectifs chez les enseignants, quelques annonces positives tout de même.

G

Dans le primaire Malgré la baisse d'effectif de 1 500 écoliers, le Nord préserve l'équilibre entre ouvertures et fermetures de postes (89). En début de semaine, 21 enseignants supplémentaires, uniquement pour cette année scolaire, ont été affectés. « Je voulais que les équipes pédagogiques soient complètes avant la rentrée », souligne Jean-Pierre Polvent, inspecteur d'académie du Nord. La scolarisation des 2 ans reste sur les mêmes effectifs que l'an dernier. « Des moyens sont surtout mis en place dans les zones prioritaires, or c'est là que la scolarisation reste la plus faible », constate Jean-Pierre Polvent. Les projets d'école sont redéfinis cette année pour trois ans. Ils devront mettre l'accent sur les langues étrangères, les arts et l'informatique. A noter que 20 % des écoles publiques relèvent de l'éducation prioritaire.

G

Dans le secondaire Place aux expérimentations en attendant la réforme. L'académie de Lille teste une vingtaine de projets pour la seconde. Par exemple, l'enseignement des sciences sous forme de module ou les classes « Pari » qui adapte de nouvelles méthodes pédagogiques. « Il s'agit de modifier l'enseignement pour faire baisser le taux de redoublement encore fort, 15 %, à la fin de la seconde », explique Bernard Dubreuil, recteur de Lille. W

Lire aussi p.7