« Je suis une petite éponge »

— 

Vous avez acquis votre notoriété en imitant Carla Bruni et Linda Lemay. Elle vous en ont voulu ?

Anaïs : Elles ne m'ont pas appelée, mais je ne pense pas. Il paraît, au contraire, que ça a fait rire Carla Bruni. C'est plaisant d'être imité. C'est la preuve d'une reconnaissance.

Vous avez beaucoup d'humour sur scène, c'est aussi le cas dans la vie ?

Je n'ai pas l'air d'être quelqu'un qui aime rire dans la vie ? Demandez à mes musiciens ! J'aime bien l'esprit de troupe, boire des coups. La vie est simple.

Vous aimez cette ambiance festival d'été ?

J'adore. Quand je ne tournais pas, j'en faisais un ou deux comme spectatrice. Cet été, avec une vingtaine de dates programmées, ça va être difficile.

Sur certains festivals où vous n'êtes pas tête d'affiche, les gens ne vous attendent pas forcément. Ça vous gêne ?

Au contraire, c'est comme ça que je me suis fait connaitre. Ça me motive d'aller chercher le public.

Quelles sont vos influences ?

Je suis une petite éponge. Ça va de la comédie musicale américaine à l'éléctro. Mais en particulier Judy Garland et Jerry Lee lewis.

Vous aimeriez écrire une comédie musicale un jour ?

Je crois que cette inspiration se lit déjà dans ma façon d'écrire et de raconter des histoires.

Recueillis par Gilles Durand

* Vendredi 24 juillet à 20 h 45, salle des Oyats, Etaples et 25 juillet à Nieppe.