Hénin-Beaumont tente de panser ses plaies

Gabriel Thierry et Vincent Vantighem

— 

Le maire d'Hénin-Beaumont Daniel Duquenne (au centre) débute dans un contexte tendu.
Le maire d'Hénin-Beaumont Daniel Duquenne (au centre) débute dans un contexte tendu. — E. DELPIERRE / 20 MINUTES

Trois plaintes déposées et un recours en annulation. La défaite du Front national a laissé des traces à Hénin-Beaumont. Hier, c'est d'ailleurs chez le médecin que Daniel Duquenne a assuré son premier rendez-vous en tant que nouveau maire avant d'aller porter plainte pour l'agression au gaz lacrymogène subie la veille. « Il m'a diagnostiqué des problèmes de suffocation, explique-t-il. J'ai aussi eu quelques appels anonymes dans la nuit. Les esprits se sont échauffés... » Le reste de la journée n'a pas dû le rassurer.

Au hit-parade des procéduriers, Steeve Briois arrive en tête. L'ex-candidat (FN) a commencé par contester le résultat de l'élection au tribunal administratif avant de regarder le journal de 13 h de France 2. C'est à ce moment-là qu'il a décidé de porter plainte pour diffamation. « L'équipe de Duquenne a osé imputer au Front national l'agression qu'il a subie, justifie-t-il. Cela commence très mal. » Dans la cité minière de Sainte-Barbe, Marie-Josée acquiesce. Sur le pas de sa porte, elle s'explique : « Il y a eu de la magouille dans les votes. Briois, on le connaît. Ce n'est pas vraiment le FN. Et puis, on ne vote pas pour Marine. » Son fils, lui, comptait sur la victoire du Front pour obtenir un emploi à la mairie. « Les immigrés seraient partis. Ça aurait fait de la place aux Français. »

« Moi, j'ai voté pour faire front au FN, commente Claude, 71 ans. Mais l'interrogation, c'est comment Duquenne va se débrouiller maintenant. Il faudra qu'il augmente les impôts. Il n'est pas passé de beaucoup... »

Des administrés sceptiques et des anciens soutiens revanchards. Pierre Ferrari, le candidat malheureux soutenu par le PS, a annoncé à son tour avoir porté plainte pour injures contre le nouveau maire. Il n'a pas digéré un tract du premier tour, l'assimilant à l'équipe de Dalongeville, l'ancien maire PS poursuivi pour détournement de fonds.

Avant même que le nouvel édile se mette au travail, certains prétendent déjà connaître la fin de l'histoire. Parmi eux Jean-Marc, un militant FN de 49 ans : « Cela ne m'étonnerait pas qu'on revote dans un ou deux ans. Duquenne, c'est une marionnette du PS. Ils ont tous bouffé au bassinet dans la région. » W