Lille : La mairie dément les fakes news sur la Braderie avec des… fake news

MOULES ET BIERE Entre vraies et fausses fake news, la mairie de Lille a tenu à préciser les contours de la première grande braderie d’après Covid-19, assurant que l’on pourrait y faire la fête, manger des moules et boire des bières

Mikaël Libert
— 
Un gros tas de moules à la braderie de Lille.
Un gros tas de moules à la braderie de Lille. — M.Libert / 20 Minutes
  • Martine Aubry a tenu à revenir sur les « fake news » entourant l’édition 2022 de la Braderie de Lille.
  • Comme d’habitude, l’événement va se tenir le premier week-end de septembre.
  • Moules frites, bière, fête, musique, tout ce qui est autorisé ou non a été précisé.

C’est pas vrai que c’est pas vrai. La maire de Lille, Martine Aubry, et quelques élus s’étaient mis, ce mardi, en mode chasseurs de fake news afin de préciser ce que l’on pourrait faire, ou pas, pour l’édition 2022 de la Grande Braderie. Il faut dire qu’entre les rumeurs circulant sur les réseaux sociaux et les récents couacs de communication de la mairie, une petite mise au point n’était pas de trop.

« On a fait nos propres fake news parce que ça nous saoule de voir se propager des informations qui ne sont pas vraies », a attaqué, d’emblée, Martine Aubry. « Attention, braderie annulée en cas de beau temps », « braderie 2022 : seconde main interdite, que du neuf sous emballage », peut-on notamment lire sur les visuels que la ville compte afficher en amont de l’événement. Une communication humoristique qui renvoie vers le site officiel de la braderie « pour les vraies infos ».

« Oui, il y aura des enfants perdus »

On ne va pas revenir sur cette phrase ambiguë du très officiel Guide de la braderie 2022 pouvant laisser penser que seuls les restaurants proposant des moules-frites pourraient en vendre lors de l’événement. « Oui, on pourra faire des frites, boire de la bière et faire la fête. Oui, ça va sentir les moules, oui, il y aura des enfants perdus, mais c’est ça la braderie », a assuré Martine Aubry. Nous voilà rassurés.

Pour le reste, ce qui est considéré comme le plus grand vide-grenier d’Europe revient donc dans sa formule d’avant Covid-19. Trente-six heures de chine du samedi matin au dimanche soir sur un périmètre étendu d’une trentaine de rues ou tronçons de rues supplémentaires. C’est d’ailleurs un des trois événements de l’année au cours desquels la ville autorise bars et restaurants à rester ouverts sans interruption dans la nuit du samedi au dimanche, exception faite des terrasses qui devront être remballées à 2 heures du matin.

Bonne nouvelle, la braderie pourra se faire en musique, et même en musique amplifiée. Après le fiasco de la Fête de la musique, dont Martine Aubry assure qu’il découle d’une « incompréhension », les règles ont été précisées. Dans les bars et restaurants, la musique « porte ouverte » devra être coupée à minuit dans la nuit de vendredi à samedi et à 2 heures du matin dans la nuit de samedi à dimanche. DJ et groupes pourront ainsi se faire plaisir sans risque d’être recalés par la police municipale.

Quant au risque d’une annulation de dernière minute si l’épidémie de coronavirus venait à flamber, Martine Aubry s’est montrée rassurante : « Normalement, cela ne remettra pas en cause la braderie, c’est trop tard pour l’annuler. On se garde quand même la possibilité de conseiller le port du masque si la situation venait à s’aggraver. »