Des facs moins demandées

Gabriel Thierry

— 

L'université Lille-II.
L'université Lille-II. — E. DELPIERRE / 20 MINUTES

On pouvait s'y attendre : après un printemps de blocages

, l'université publique a séduit une proportion moins grande d'étudiants cette année dans l'académie de Lille. Les lycéens avaient jusqu'au 6 juin pour formuler leurs voeux via le portail Internet admission-postbac.fr. 20 Minutes a pu se procurer les chiffres de ces inscriptions.

Ordinairement l'académie se « distingue pour ses formations universitaires », selon Dominique Gagneuil, adjointe au chef du service académique d'information et d'orientation. Dans la région, les lycéens candidats à l'enseignement supérieur choisissent l'université en premier choix à 31 % contre 27 % pour la moyenne nationale. Sauf qu'en 2008, c'était 34 %, soit une baisse de 9 % en proportion sur le portail Internet, qui regroupe la plupart des filières publiques. Logiquement, ce sont les formations courtes qui tirent leur épingle du jeu, puisque le BTS progresse de 5 % en proportion pour représenter 44 % des premiers voeux. Avec l'apport des DUT, la proportion des formations diplômantes en deux ans atteint 58 % des premiers voeux...

Première touchée par les blocages, Lille-III refuse de paniquer. « Lille-III reste attractive, assure Bernard Bach, vice-président de cette université de 17 500 étudiants. Il n'y a pas d'éléments qui indiquent une désaffection. » Pourtant, la part de Lille-III dans les premiers voeux (3,5 % cette année) connaît une baisse relative de 12 % par rapport à 2008. Et l'université privée, qui dispose de son propre portail d'inscription ? A Lille, la Catho, qui se félicite d'avoir gagné 4 000 étudiants en cinq ans, refuse d'y voir un effet des grèves. « Nous avons créé de nouvelles formations, note la direction, et les étudiants sont attirés par des filières liées à un métier et aux entreprises ». Il faudra en tout cas encore attendre juillet pour connaître l'état des inscriptions réelles dans les facs, entre les négligeants et les recalés des filières sélectives. W