Lille : Le nom Decathlon Arena se greffe sur le stade Pierre-Mauroy, pour 1,2 million par an

SPONSOR Après une quinzaine d’années d’attente, le stade Pierre-Mauroy de Villeneuve d’Ascq, près de Lille, décroche enfin un contrat de naming de 1,2 million d’euros par an avec Decathlon

Gilles Durand
— 
Le stade Pierre-Mauroy à Villeneuve d'Ascq, près de Lille.
Le stade Pierre-Mauroy à Villeneuve d'Ascq, près de Lille. — G. Durand / 20 Minutes
  • La Métropole de Lille a conclu, vendredi soir, un partenariat de naming pour le stade Pierre-Mauroy de Villeneuve d’Ascq, près de Lille.
  • L’enseigne de sport nordiste Decathlon a signé un contrat de 1,2 million par an pour apposer son nom sur l’enceinte sportive.
  • Ce contrat clôt un feuilleton financier qui dure depuis une quinzaine d’années.

La braderie de Lille avant l’heure ? Les élus de la métropole de Lille (MEL) ont voté, ce vendredi soir, l’attribution tant espérée du naming du stade Pierre-Mauroy de Villeneuve d’Ascq, près de Lille, dans le Nord. Pour 1,2 million d’euros, la marque de sport nordiste, qui emploie 5.000 personnes dans la MEL, pourra accoler son nom sur la façade de l’enceinte sportive pendant cinq ans.

« Apposer notre nom au stade emblématique Pierre-Mauroy est un choix de cœur, qui marque notre attachement envers notre territoire d’origine », assurait Arnaud Gauquelin, directeur général de Decathlon, dans un communiqué. L’enseigne profite également des soldes avec cette baisse des ambitions financières de la MEL.

De 3,5 millions à 1,2 million par an

Depuis deux ans, la collectivité territoriale recherchait un partenaire fiable après que le dernier sponsor, le Crédit mutuel, eut jeté l’éponge. « La convention officielle prévoit que l’appellation d’usage reste le stade Pierre-Mauroy, notamment lors d’événement sportif comme la Coupe du monde de rugby ou les Jeux olympiques », soulignait Eric Skyronka vice-président chargé des sports à la MEL.

En tout cas, ce nouveau contrat de naming scelle, pour cinq ans, un feuilleton financier qui durait depuis une quinzaine d’années. En 2008, alors que le stade n’était pas encore sorti de terre, Martine Aubry, alors présidente (PS) de la communauté urbaine de Lille, avait souhaité garder la main sur le dossier partenariat et espérait une obole de 4,5 millions par an. Un chiffre assez rapidement revu un peu à la baisse autour de 3,5 millions.

Malgré sa proposition à 2 millions, l’enseigne de casinos Partouche avait été mise sur la touche par Martine Aubry. De son côté, Decathlon, déjà pressenti à l’époque, ne souhaitait pas s’engager sur le seul segment du football. Depuis, le stade a montré sa capacité à accueillir d’autres événements sportifs comme le rugby, basket, le hand et le tennis.

« une seule offre était sérieuse »

Il y a neuf ans, faute de candidat, le Grand Stade avait donc été baptisé Pierre-Mauroy, en hommage à l’ancien maire (PS) de Lille et président de la Communauté urbaine, après la mort de ce dernier.

Début 2021, nouvelle tentative de rentabiliser le nom du stade. Cent six entreprises avaient été contactées par la collectivité territoriale. « Six d’entre elles ont exprimé un vif intérêt », assurait, à l’époque la MEL. Finalement, « une seule offre était sérieuse », notait Eric Skyronka. Et il faudra écrire désormais Decathlon Arena-Stade Pierre-Mauroy. Ça risque de prendre de la place sur les billets.