Les grands enjeux à deux jours du scrutin

Vincent Vantighem

— 

Le Parlement de Strasbourg vote notamment le budget et contrôle la Commission.
Le Parlement de Strasbourg vote notamment le budget et contrôle la Commission. — C. KARABA / EPA / SIPA

Ils seront dix élus. Dimanche, les électeurs

de la grande circonscription

Nord-Ouest sont invités à voter pour leurs eurodéputés. Comme dans le reste de la France, l'abstention s'annonce très élevée. Pour éviter ça, 20 Minutes Lille dresse la liste des principaux enjeux.

G

Le PS en danger

La glorieuse période de 2004 semble bien loin pour les socialistes. A l'époque, la liste PS menée par Henri Weber avait envoyé cinq députés du Nord à Strasbourg (30,04 %). Mais le dernier sondage en date, réalisé par BVA pour La Voix du Nord, ne les crédite que de 22 % des intentions de vote. Derrière la liste UMP menée par Dominique Riquet (23 %). Martine Aubry a bien cerné le problème. C'est dans son fief qu'elle est venue battre le rappel hier soir pour son dernier meeting de campagne.

G

Le D-day pour Marine Le Pen ?

La fille du président du Front national a déserté Paris pour se présenter dans le Nord. Pari osé : Carl Lang, son prédécesseur, avait recueilli 12,8 % en 2004. Du coup, Marine Le Pen n'est créditée que de 9 % d'intentions de vote, soit autant que dans le reste de la France, où le FN ne jouit pourtant pas de sa notoriété.

G

La gauche de la gauche en force

La prime au petit dernier. Le Nouveau Parti anticapitaliste d'Olivier Besancenot recueillerait près de 9 % des voix. Autant que le Front de gauche et Lutte ouvrière réunis (5 % chacun).

G

Flautre ne décolle pas

Seul eurodéputé reconduit tête de liste en France, Hélène Flautre (Verts) plafonne à 8 %. C'est encore mieux qu'en 2004. Mais un peu en deçà de ses ambitions. W