Législatives 2022 : Comment Quatennens et Bernalicis se sont fait un nom à l’Assemblée et dans les médias

BON CLIENT Elus député pour la première fois en 2017, les Insoumis lillois Adrien Quatennens et Ugo Bernalicis se sont forgé une notoriété au sein de l’Assemblée nationale et sont régulièrement invités sur les plateaux télé et radio

Gilles Durand
— 
Ugo Bernalicis, à gauche, et Adrien Quatennens, à droite, les deux candidats de la NUPES dans les 1re et 2e circonscriptions du Nord.
Ugo Bernalicis, à gauche, et Adrien Quatennens, à droite, les deux candidats de la NUPES dans les 1re et 2e circonscriptions du Nord. — G. Durand / 20 Minutes
  • Il y a cinq ans, Adrien Quatennens et Ugo Bernalicis étaient des inconnus du monde politique.
  • Aujourd’hui, les députés Insoumis des 1re et 2e circonscriptions du Nord se sont forgé un nom à l’Assemblée nationale et dans l’univers médiatique.
  • Tous deux ambitionnent un nouveau mandat à l’issue du second tour des élections législatives qui a lieu le 19 juin.

Vus à la télé. Il y a cinq ans, ils étaient inconnus dans le monde politique. Aujourd’hui les députés Insoumis des circonscriptions lilloises, Adrien Quatennens (la 1re du Nord) et Ugo Berrnalicis (la 2e), se sont forgé un nom à l’Assemblée nationale et dans l’univers médiatique. Tous deux ont basculé largement en tête au premier tour des élections législatives, dimanche.

Le premier a su séduire les matinales radio et les plateaux télé avec son « discours ferme mais posé, contrairement à Jean-Luc Mélenchon. Il est très didactique et très pédagogique. Il cisèle des expressions chocs et des formules qu’il sait placer au bon moment, avec simplicité et vérité », note Rémi Lefebvre, professeur de sciences politiques à l’université de Lille. Cette répartie, cette capacité à aborder tous les sujets et peut-être grâce à son look singulier – les cheveux roux coupés en brosse – font de lui un invité régulier. Le second a été projeté dans la lumière des réseaux sociaux grâce à des interventions marquantes dans l’hémicycle ou en commission des lois, notamment contre le ministre de la Justice, Eric Dupond-Moretti. Tous deux déploient une rhétorique efficace qui plaît tant au monde de l’image.

Médias nationaux > kermesse d’école

Dans un article du site d'informations Médiacités, un député macroniste, qui avait travaillé avec Ugo Bernalicis dans une commission d’enquête, lui reprochait le fait de s’arranger pour être filmé « à chaque fois qu’il s’exprimait en commission ou dans l’hémicycle ». « Son but n’est pas de discuter avec les autres parlementaires, mais de s’adresser aux électeurs de la France insoumise ! », avançait-il.

Une stratégie assumée par l’intéressé. « Quand vous faites des médias nationaux, vous êtes bien plus présent dans votre circonscription que quand vous faites la kermesse d’école », assurait-il dans l’interview. A 20 Minutes, il préfère parler du collectif, en mettant en avant « l’organisation au sein du groupe LFI » qui « facilite le travail en commun ». « Ainsi, chacun peut intervenir sur un plateau télé ou en matinale radio car nous nous considérons tous comme égaux à la base, ce qui n’est pas le cas dans tous les partis », souligne Ugo Bernalicis.

« Le meilleur d’entre nous »

Pourtant, il reconnaît Adrien Quatennens comme « le meilleur d’entre nous » pour s’exprimer dans les médias. « Il a brillé par sa capacité à faire passer des messages concrets et non des slogans », glisse-t-il. « Ugo s’est plutôt spécialisé sur des sujets comme la police et la justice, indique, pour sa part, Adrien Quatennens. Moi, j’ai un discours plus généraliste. »

A 33 ans pour Ugo Bernalicis et 32 pour Adrien Quatennens, les deux Nordistes font donc déjà figure de vieux briscards de la politique. « Et pas uniquement à travers la télé, précise Rémi Lefebvre. Tous deux ont aussi un fort investissement à l’Assemblée nationale et sont de gros bosseurs. » L’universitaire, spécialiste de la gauche, est surtout impressionné par « l’ascension fulgurante d’Adrien Quatennens, en cinq ans ».

« Il s’écarte peu de la ligne officielle »

Selon Rémi Lefebvre, « cette notoriété pourrait néanmoins connaître une limite, car il s’écarte peu de la ligne officielle, contrairement à un François Ruffin, par exemple ». Mais en attendant que le souffle médiatique retombe peut-être un jour, les deux Insoumis risquent de prolonger leur destinée parallèle, dès dimanche.

Notre dossier législatives 2022

En 2017, Ugo Bernalicis avait décroché la victoire assez facilement au second tour, un peu par surprise, face à une candidate macroniste empêtrée dans des affaires de faux diplôme et de cagnotte Leetchi interdite. Adrien Quatennens l’avait, pour sa part, emporté d’une très courte tête, une cinquantaine de voix. Ils font, cette fois, figure de grands favoris.

Dans la 1re circonscription du Nord, l’autre candidate est Vanessa Duhamel (Ensemble, majorité présidentielle). Dans la 2e, il s’agit de Rudy Elegeest (Ensemble).