Lienemann dans les starting-blocks à Hénin-Beaumont

— 

Marie-Noëlle Lienemann et l'ancien maire.
Marie-Noëlle Lienemann et l'ancien maire. — C. DHALLUIN / 20 MINUTES

Les tractations après la révocation. A Hénin-Beaumont,

les discussions vont bon train pour préparer la succession de Gérard Dalongeville, démis de ses fonctions mercredi dernier en Conseil des ministres. En première ligne figure son ancienne première adjointe, Marie-Noëlle Lienemann (PS). L'intéressée, qui a pris ses distances avec le maire une semaine avant son arrestation, ne fait pas mystère de ses ambitions. D'autant que le temps presse : le sous-préfet d'arrondissement pourrait convoquer les électeurs aux urnes les 28 juin et 5 juillet.

Alors samedi, Marie-Noëlle Lienemann a réuni autour d'elle un aréopage PS, MJS, PCF et MRG, qui préfigure une future liste de candidats. Avec deux nouveautés : la présence de représentants des Verts et du MoDem, partis en 2008 sous la bannière Alliance républicaine. La tête de liste de l'Alliance, Daniel Duquenne, compte d'ailleurs consulter ses 120 sympathisants jeudi sur l'opportunité de se joindre à la liste Lienemann. Un bel ensemble que ne rejoindra pas l'ancien vice-président du conseil régional, Alain Alpern, qui a fustigé hier dans un communiqué la « tromperie » du rassemblement opéré autour de Marie-Noëlle Lienemann, à qui il reproche son soutien longtemps affiché à Gérard Dalongeville. « C'est dommage, il est plus temps de rassembler que de diviser », commente Pierre Ferrari, du MJS. W

O. A.