Nord : Norauto organise un concours de mécanique pour dégoter de nouveaux talents

EMPLOI Le leader français de l’entretien automobile, Norauto, a trouvé un moyen original pour tenter de contourner la difficulté de recruter dans son secteur. L’enseigne a lancé un grand concours national qui doit sacrer le « meilleur mécanicien de France »

Mikaël Libert
— 
Un participant de Méca master lors d'une épreuve de mécanique.
Un participant de Méca master lors d'une épreuve de mécanique. — M.Libert / 20 Minutes
  • Norauto doit recruter 1.300 saisonniers et alternants cette année.
  • Face au turnover des employés et aux difficultés de recrutement, l’enseigne tente une nouvelle approche pour séduire les talents.
  • Le leader de l’entretien auto a lancé un concours national de mécanique.

De nombreux secteurs d’activité sont confrontés à des difficultés de recrutement voire à une pénurie de main-d’œuvre. C’est principalement le cas dans l’hôtellerie-restauration et dans l’industrie. Cette problématique n’épargne pas l’automobile et les métiers qui y sont liés, comme l’entretien des véhicules. Leader français du secteur, Norauto est particulièrement impacté lors de l’augmentation saisonnière de son activité. En imaginant Méca master, un concours de mécanique auto, le groupe nordiste compte bien motiver de nombreux talents afin de se créer un « vivier ».

Ce mardi, à Lesquin, près de Lille, une quinzaine de mécaniciens venus de toute la France s’affrontaient lors de la finale de Méca master. Les inscriptions avaient été ouvertes le 15 mars dernier et pas moins de 10.000 candidats avaient tenté leur chance en remplissant un QCM en ligne. Parmi eux, une centaine de femmes dont aucune n’a été sélectionnée lors de la présélection de 500 candidats. Après un nouvel écrémage basé sur des vidéos de motivation envoyées par les participants, 15 finalistes ont été retenus.

« Toute expérience est bonne à prendre »

Mardi matin, ils participaient aux ultimes épreuves, notamment une partie de mécanique pure : « Ils vont avoir 50 minutes pour monter un kit de frein arrière, changer une courroie de distribution et diagnostiquer une panne. C’est largement assez, il suffit de ne pas perdre de temps », assure Fabrice, employé chez Norauto et membre du jury. Cédric s’attaque d’abord à la distribution méthodiquement : « Dans mon petit garage, je suis en train de faire la même chose sur une Ferrari », s’amuse-t-il. Originaire de Tarbes, il reconnaît que « toute expérience est bonne à prendre » et qu’il se verrait bien travailler dans l’entreprise.

Parce que des Norauto, il y en a partout. « On ouvre une dizaine de nouveaux centres chaque année, en nom propre ou en franchise. Cela correspond à environ 400 embauches en CDI », détaille Ingrid Robil, la responsable des ressources humaines (RH). Son service reconnaît qu’il existe un turnover important parmi les employés. Ajouté à l’augmentation d’activité estivale, cela complique encore davantage le recrutement. « Cette année, nous avons besoin de 1.300 alternants et saisonniers. Ce concours est un moyen de séduire les candidats et de nous constituer un vivier de talents même si cela ne débouche pas forcément par une embauche », ajoute Carine Ramez, responsable du projet Méca master.

Cette première édition est donc un succès, l’enseigne étant parvenue à attirer des profils très différents venus de tout le territoire : le Nord, Tarnes, Chambéry, Saint-Nazaire, Paris… Le plus jeune finaliste n’a que 19 ans et travaille chez un concessionnaire moto Ducatti. Tous ne rêvent cependant pas de bosser chez Norauto, notamment les mécanos de concessions habitués à un rythme de travail moins soutenu nous confie un des jurys. Le prix qui sera alloué au vainqueur est aussi alléchant : une participation à la très populaire émission de RMC, Wheeler dealers France.