Le chèque anti-paperasse

© 20 minutes

— 

Imaginé par le député nordiste Jean-Pierre Decool et testé à Arras depuis mars, le chèque emploi associatif est disponible dans toute la France depuis hier. Le principe est simple : pour payer son employé, l’association dispose d’un chéquier à deux volets. Un chèque classique, et un volet social sur lequel figurent des informations qui permettront à l’Urssaf de calculer, elle-même, les cotisations à verser aux Assedic et à la caisse de retraite. « Depuis, je ne m’arrache plus les cheveux avec la paperasse administrative », confie Eric Miot, de l’association Plan séquence qui a testé le système. Pour l’Union régionale des associations culturelles de la région, ce dispositif devrait faciliter l’embauche et surtout, lutter contre le travail au noir : « C’est tentant de ne pas déclarer quelqu’un pour seulement trois heures de travail par mois », assure son directeur. I. B.