Citadelle imprenable pour un seul juge

© 20 minutes

— 

« Comme l’équipe de France, la mairie de Lille a égalisé à la dernière minute, mais ça ne l’empêchera pas de perdre le tournoi. » Frédéric Sawicki, trésorier de l’association Sauvons le site de la Citadelle, avait l’ironie amère hier après-midi. Le matin, le commissaire du gouvernement du tribunal administratif de Lille avait recommandé l’annulation du permis de construire du nouveau stade Grimonprez-Jooris. Il a retenu deux des quinze motifs d’annulation présentés par deux associations lilloises (lire encadré). Mais dans l’après-midi, coup de théâtre : le président de la chambre d’urbanisme du tribunal n’a pas voulu statuer seul et aussi rapidement, expliquant qu’un dossier aussi large devait être jugé en séance plénière. Ce dossier sera donc examiné par les juges des six chambres du tribunal, qui ne se réuniront qu’en septembre. Pour certains membres de l’association Sauvons le site de la citadelle, cela ne fait pas le moindre doute : « Le juge a subi des pressions à midi. » De son côté, Frédéric Sawicki préfère tempérer : « Les conclusions du commissaire restent valables pour septembre. » Hervé Barré, directeur des services de la ville, y voit même « la promesse d’une victoire objective après un premier avis subjectif. » Le rejet du plan d’évacuation du public les soirs de match n’est, selon lui, « pas fondé, puisque les normes sont respectées. » En attendant septembre, la préparation du site en vue des travaux se poursuivra donc. Olivier Aballain

annulation Le commissaire du gouvernement a requis l’annulation du permis en raison de l’indisponibilité des terrains militaires (en cours de déclassement), et de l’insuffisance du plan d’évacuation les soirs de match.