Sans titre 328783

— 

La dentelle à Calais, c'est un peu comme le pétrole à Dallas. Une industrie florissante qui n'a cessé d'attirer les convoitises au cours du siècle dernier. Raconter cette histoire, c'est tomber dans un Richard-III moderne où les personnages, trop nombreux, font parfois perdre le fil. Deux journalistes, Thierry Butzbach (qui collabore à 20 minutes) et Morgan Railane ont tenté le pari pour aller inspecter aux creux des mailles. Leur réquisitoire ne manque pas d'arguments. Des chamailleries syndicales aux grossières erreurs stratégiques, ils expliquent, avec lucidité, les raisons d'un déclin. Et leur enquête minutieuse dépasse les frontières du Calaisis pour affronter la « guéguerre » entre Caudry, dentelle du dessus et Calais, dentelle du dessous. Or, on apprend qu'il n'y a aucune vraie spécificité, si ce n'est l'avarice des dentelliers. D'un chapitre à l'autre, on découvre comment est née la lutte technique entre deux machines : la tisseuse anglaise Leavers et la tricoteuse allemande Raschel, concurrencées par l'éphémère Sulzer ; comment le Japonais Sakae est devenu numéro quatre mondial en quelques années ; comment la mode a accéléré le cycle de vie des produits et précipité la chute des fabricants.

Avec un sens aigu des formules et une écriture vive, Butzbach et Railane balaient les idées reçues et livrent une encyclopédie complète de la dentelle. A l'heure où les métiers à tisser sont partout (y compris au Brésil pour habiller Barbie), l'époque semble révolue où les dentelliers de Nottingham punissaient de mort quiconque osait exporter une des précieuses machines. Mais qu'a fait le shérif ?