Lille : Après 25 ans de fermeture, la crypte de la cathédrale a enfin rouvert ses portes

PATRIMOINE La crypte néogothique de la cathédrale Notre-Dame-de-la-Treille a été rénovée

François Launay
— 
La crypte de la cathédrale Notre-Dame de la Treille a rouvert ses portes
La crypte de la cathédrale Notre-Dame de la Treille a rouvert ses portes — F.Launay/20 Minutes
  • Fermée depuis 25 ans, la crypte néogothique de la cathédrale Notre-Dame-de-la- Treille a rouvert ses portes.
  • A l’intérieur, on peut y découvrir 1.200 m2 de pierres blanches et de briques ainsi que des chapelles et des tombeaux.
  • Méconnu car longtemps fermé, ce lieu est à présent à découvrir ou redécouvrir

C’est un endroit magnifique mais bien méconnu de la plupart des Lillois. Et pour cause, cela faisait plus de 25 ans que la crypte néogothique située sous la cathédrale de la Treille était fermée au public.

« Elle a été fermée pendant 25 ans pour deux raisons. Pour achever la construction de la façade de la cathédrale en 1997, la crypte a été fermée. Et depuis, elle n'avait pu rouvrir car les normes réglementaires d’accueil du public ont évolué en 25 ans notamment en matière de désenfumage », raconte Thomas Sanchez, responsable culturel de la cathédrale de Lille.

Une cathédrale, propriété du diocèse, qui ne peut pas recevoir de fonds publics

Contrairement à la plupart des cathédrales françaises, qui sont souvent propriété des villes, Notre-Dame-de-la-Treille, créée à l’origine par de riches industriels lillois, appartient depuis l’après-guerre au diocèse de Lille. Par conséquent, impossible pour elle d’obtenir des financements publics. Tout repose donc sur les fonds privés des catholiques mais quand on sait que les frais de fonctionnement de la crypte ont été évalués à 300.000 euros, difficile dans ces conditions d’aller vite pour rénover l’endroit.

Il y a 7 ans, le projet de rouvrir la crypte au public a été relancé. La fondation Treille espérance est alors créée pour trouver des donateurs capables de financer les travaux d’aménagement. La rénovation est sur les rails et le chantier finit par être lancé en 2019. Aujourd’hui terminé, il a permis de redonner vie à la crypte, grâce notamment à « une valorisation lumineuse via une scénographie qui magnifie les lieux », précise Thomas Sanchez.

Tombeaux et chapelles

Tout en briques et en pierres blanches, la crypte s’étend sur 1.200 m2 en dessous de la cathédrale. Composée d’un chœur où se trouve l’ancien autel de la cathédrale ainsi que d'une magnifique chapelle absidiale, elle recèle aussi diverses chapelles où on peut trouver des cénotaphes en hommage à plusieurs grandes familles d’industriels lillois qui ont lancé la construction des lieux à partir de 1856. Deux d’entre eux (Philibert Vrau et Camille Feron-Vrau) ont même leurs tombeaux dans la crypte aux côtés de cinq évêques.

Rouverte fin avril le temps d’une soirée vidéo-mapping, la crypte devrait ouvrir ses portes au grand public (sur réservation) dès cet été. Si une exposition sur les grandes dates de la construction de la cathédrale est installée dans la crypte, c’est surtout l’arrivée du trésor en 2023 qui devrait encore plus marquer les esprits. Jamais présenté au public, il est composé de pièces d’art et d’orfèvrerie du XIXe siècle et du début du XXe siècle. De quoi renforcer le côté mystérieux de cette crypte.