Bayer met le paquet pour attirer ses salariés

— 

« Quand je repense à l'Ile-de-France... Les élus n'ont jamais pris contact

avec nous. » C'est en partie pour cette raison que Werner de Prins a choisi la métropole lilloise. Hier, le président du directoire de Bayer Schering Pharma inaugurait son nouveau siège sur le site d'Eurasanté. L'implantation à Loos plutôt qu'à Puteaux (Hauts-de-Seine) ne s'est pas faite sans mal. Les 200 salariés parisiens ont été invités à suivre le mouvement. Dix d'entre eux seulement ont accepté. Une quarantaine effectuent encore des allers-retours en TGV ou utilisent le mode du télétravail.

Le président fait tout pour ça. Une salle de sport, des locaux écolos et ultramodernes : tout est fait pour séduire les cerveaux de Bayer. Ainsi, une crèche inter-entreprises doit voir le jour d'ici à un an, à proximité du siège. Il y aura 45 berceaux. Et Bayer en a déjà réservé quarante... Et comme les p'tits bouts seront bien gardés, les parents auront le loisir de profiter de la vie culturelle. Déjà partenaire du musée d'Art moderne de Villeneuve-d'Ascq, Bayer a pris soin de s'attacher à Lille 3000, en sponsorisant l'expo « Hypnos » à l'Hospice ­Comtesse. Werner de Prins n'est pas près de faire demi-tour. W

V. V.