Hauts-de-France : La SNCF proche d’offrir un service normal des TER dans la région

TRANSPORT En galère depuis des mois, les usagers des TER en Hauts-de-France devraient pouvoir compter sur un service normal, proche de l’objectif fixé par le conseil régional. Ce dernier reste tout de même attentif à la situation

Mikaël Libert
— 
Un TER en gare de Lille Flandres (illustration).
Un TER en gare de Lille Flandres (illustration). — M.Libert / 20 Minutes
  • La situation dans les TER en Hauts-de-France était devenue alarmante en octobre 2021.
  • A tel point que la région avait suspendu ses paiements mensuels au transporteur ferroviaire.
  • Quatre mois plus tard, le service tend à se normaliser et la région a repris le versement de ses traites.

Un quasi-retour à la normale. Dans les Hauts-de-France, les petits ennuis quotidiens subis par les usagers des trains régionaux (TER) ne datent pas d’hier. Néanmoins, la situation était devenue particulièrement alarmante en fin d’année dernière, à tel point que le donneur d’ordres, le conseil régional, avait suspendu, depuis décembre, le paiement des traites mensuelles dues à la SNCF. Quatre mois plus tard, les deux parties s’accordent à dire que « des progrès constants » ont abouti à offrir aux usagers un service TER « proche des objectifs ».

Il faut croire que s’attaquer au portefeuille paye, du moins dans le cas présent. La région Hauts-de-France, lassée d’un service TER largement dégradé, avait suspendu le versement des traites mensuelles de 44 millions d’euros depuis décembre dernier. La reprise des paiements était conditionnée à une normalisation de l’offre, autrement dit améliorer la régularité des trains, et réduire drastiquement les suppressions et les sous dimensionnements. La SNCF n’avait eu alors d’autre choix que d’engager un plan de redressement dans l’urgence.

Des progrès à continuer et à pérenniser

Ce fameux plan a mis du temps à porter ses premiers fruits. Mais, lors d’une réunion organisée entre les deux parties, mercredi, le transporteur a montré des résultats encourageants. D’ailleurs, depuis le 28 janvier, la SNCF assure proposer « une reprise complète de l’offre », allégée ces derniers mois pour faire face à la crise. Satisfaite mais prudente, la Région a décidé de reprendre les versements mensuels au transporteur tout en veillant que les efforts engagés se poursuivent.

De son côté, la SNCF à promis plusieurs choses à ses clients. Informer mieux et plus rapidement les voyageurs en cas de suppression de trains. Poursuivre le recrutement d’agents à hauteur de 280 postes en 2022. Et offrir à ses abonnés TER « une indemnisation à hauteur d’un mois ». Pour les usagers quotidiens des trains régionaux, le mois d’avril sera gratuit, et ce n’est pas un poisson.