Hauts-de-France : Non la Région n’abonde pas de 5.000 euros votre compte formation

ARNAQUE Le conseil régional des Hauts-de-France a été victime d’une usurpation d’identité par des escrocs dans le cadre d’une arnaque au compte personnel de formation

Mikaël Libert
— 
La région Hauts-de-France victime d'une arnaques au CPF (illustration).
La région Hauts-de-France victime d'une arnaques au CPF (illustration). — Reynaud/DICOM/SIPA
  • Depuis que le compte personnel de formation (CPF) a été lancé, de nombreuses arnaques ont fleuri à ce sujet.
  • Des escrocs ont organisé une vaste opération de phishing des habitants des Hauts-de-France.
  • L’institution a déposé une plainte contre X pour « usurpation d’identité ».

Tout est bon pour les larrons. Depuis que le Compte personnel de formation (CPF) a été lancé, il y a deux ans, de nombreux arnaqueurs y ont vu une belle occasion de se faire de l’argent. En effet, qui n’a pas déjà reçu au moins un SMS, un mail ou un appel téléphonique dont le but est de vous extorquer des informations personnelles ? Les habitants des Hauts-de-France n’y ont pas échappé et le conseil régional en a fait les frais.

Les tenants de l’arnaque sont souvent très alléchants, trop même, et c’est ce qui perd généralement les escrocs. Dans le cadre de la récente campagne de phishing lancée dans les Hauts-de-France, les arnaqueurs promettaient à leurs cibles que le conseil régional pouvait abonder à hauteur de 5.000 euros leurs CPF à condition d’être inscrit ou sur le point de s’inscrire à Pôle emploi. Pour vérifier son éligibilité, les victimes devaient se rendre sur un site Internet utilisant le logo des Hauts-de-France et y entrer toutes sortes d’informations.

Une plainte déposée et des sites Web fermés

L’instance régionale a eu vent de cette arnaque et a tenu à préciser que « la région Hauts-de-France n’est aucunement liée à cette information et n’est évidemment pas émettrice de ces messages ». Elle a donc décidé de porter plainte pour usurpation de l’identité de la collectivité. Mais l’arnaque s’était répandue comme une traînée de poudre sur les réseaux sociaux, forçant l’institution à « contrer cette fausse information » sur les mêmes canaux.

Outre les démentis et les appels à la prudence auprès des habitants, le conseil régional a décidé de déposer une plainte contre X pour « usurpation d’identité » afin de tenter d’identifier les auteurs de l’arnaque. A ce jour, le site Internet et la page Facebook des escrocs ont été désactivés.