Pas de 1er mai pour les terrasses

Olivier Aballain

— 

C'est l'affaire du printemps dans la rue de Gand. Une mauvaise affaire, diront même les 35 restaurateurs de ce secteur du Vieux-Lille. En cause : le report à la fin juin de la piétonnisation de la rue pour y installer les terrasses des restaurants, qui y font le plein depuis sept ans. « Nous espérions la piétonnisation ce week-end du 1er Mai et on nous a annoncé mi-avril que ça n'aurait pas lieu avant le 19 juin », se désole Sébastien Defrance, patron du Clair-de-Lune et vice-président de l'association Hourra Gand. Lui veut maintenant obtenir « au moins » une piétonnisation au 1er juin.

« En pleine crise, on fait - 10 % de chiffre d'affaires. Si on supprime les terrasses, mai et juin passeront à - 30 % ! » Pourtant, en mairie, la période (19 juin - 6 septembre) ne semble pas négociable. « Nous avons reçu des plaintes des riverains après avoir avancé la piétonnisation au 1er mai l'an dernier », explique Marc Bodiot, adjoint (PS) et président du conseil de quartier.

« Cela partait de problèmes de ramassage des ordures, qui sont en cours de règlement avec Esterra », explique Sébastien Defrance. Une pétition lancée en novembre y accordait effectivement une large place. Mais celle-ci demandait aussi une réduction de l'amplitude de la fermeture. « Je les comprends, c'est un problème de partage de l'espace, acquiesce Marc Bodiot. Pour les riverains, ces 55 jours de piétonnisation par an posent des problèmes de circulation quand elles ont des enfants à l'école... C'est pourquoi nous avons voulu rapprocher la piétonnisation des vacances. » « Au mois d'août on ne fait pas le même chiffre qu'en mai et juin », regrette Sébastien Defrance. W