Arras crie sa colère littéraire

— 

Ô vie heureuse des bourgeois, qu'avril bourgeonne... Mais que la fête du travail désole. Jean Richepin, poète du XIXe siècle à qui l'attaque de ce papier est empruntée, n'aurait pas renié le salon du livre d'expression populaire et de critique sociale d'Arras. Un titre qui en dit long sur le programme. Demain, dans l'odeur du muguet, la littérature militante va s'exprimer au coeur de la cité de Robespierre. « On aborde des sujets qui fâchent pour un public souvent éloigné de ce type de littérature », souligne Didier Andrieu, président de l'association organisatrice Colères du présent.

Contes, lectures, ateliers, concerts, dédicaces d'auteurs, animations de rue... Autant d'ingrédients pour un 1er mai vivant où doivent se retrouver une quarantaine d'auteurs. Dans la soirée, le Casino sera même envahi par des syndicalistes venus d'outre-mer. Vite, fermez les volets ! G D

Le 1er mai, de 10 h à 21 h à Arras.

www.coleresdupresent.com