Lille : Les banques devront montrer patte verte pour prêter de l'argent à la ville

ENVIRONNEMENT Dans la délibération sur le budget municipal 2022, les élus lillois ont inclus une sorte de clause écologique que les banques devront respecter si elles veulent pouvoir prêter de l’argent à la ville

Mikaël Libert
Photo aérienne du beffroi de la mairie de Lille.
Photo aérienne du beffroi de la mairie de Lille. — M.Libert / 20 Minutes
  • La ville de Lille a voté son budget primitif à hauteur de près de 500 millions d’euros.
  • Les seuls investissements représentent 115 millions, dont 72 financés grâce à l’emprunt.
  • Les banques souhaitant prêter de l’argent à Lille devront se soumettre à un questionnaire sur leur engagement pour la planète.

Les prêteurs devront s’engager. La semaine dernière le conseil municipal de Lille a voté son budget primitif pour l’année 2022. Le texte se veut  écoresponsable à plusieurs titres, notamment par une augmentation significative des investissements en faveur de la transition écologique. Il y a un autre point plus inattendu : désormais, la ville conditionne le choix  des banques auprès desquelles elle empruntera de l’argent à leur engagement pour la planète.

Le budget primitif 2022 de Lille est arrêté à un montant de 497,8 millions d’euros. Les remboursements des emprunts et des dettes de la ville se chiffrent à hauteur de 32,5 millions sur un encours de 349,4 millions. Le reste doit être « directement en faveur des Lillois », assure la mairie. On note effectivement une forte augmentation des investissements « pour la transition écologique et la justice sociale », qui passent de 91 millions en 2021 à 115 millions cette année. Par exemple la rénovation énergétique d’écoles, 3.000 plantations d’arbres ou encore la végétalisation des crèches…

Plus de 70 millions d’euros verts à trouver

Ces investissements, chiffrés à 147,6 millions d’euros (dont 28,6 de remboursement de dettes), ne seront pas entièrement financés grâce à l’argent qui se trouve dans les caisses de la ville, mais pour moitié grâce à l’emprunt (72,9 millions d’euros). Si le Français lambda qui souhaite souscrire un crédit auprès d’une banque doit se soumettre aux conditions de l’établissement, pour Lille, c’est l’inverse et cela n’empêche pas les banques de se bousculer au portillon.

Pour le précédent budget, la ville avait déjà mis en place des « emprunts verts » en choisissant ses « partenaires bancaires » en fonction de leur engagement en faveur du climat. En 2022, en plus de s’engager pour le climat, les banques devront répondre à un questionnaire sur leurs « engagements extra-financiers » face à l’urgence climatique et sur les projets liés aux énergies fossiles qu’elles pourraient soutenir. La ville établira une « notation climatique » des banques et empruntera les millions les plus verts.