Coronavirus dans le Haut-Rhin : L’agression dans un centre de vaccination a été inventée par le plaignant, qui s’est lui-même infligé des blessures

MENSONGE L’homme a été placé en garde à vue pour « dénonciation mensongère d’un délit imaginaire »

L.S.
— 
Un soignant préparant une vaccination contre le Covid-19 (illustration)
Un soignant préparant une vaccination contre le Covid-19 (illustration) — Clément Mahoudeau

Mais quelle mouche l’a piqué ? Début janvier, un collaborateur du centre de vaccination de Munster, dans le Haut-Rhin, avait déclaré avoir été  agressé par trois personnes. Une  enquête avait été ouverte pour « violences en réunion avec arme et avec préméditation ».

Mais, face « à un certain nombre de contradictions » dans ses déclarations, les enquêteurs ont nourri des soupçons. Qui se sont avérés : entendu ce mercredi matin par la brigade de recherches de la compagnie de gendarmerie de Colmar, l’individu a finalement reconnu « avoir menti », indique dans un communiquéla procureure de la République de Colmar, Catherine Sorita-Minard.

Un « mal-être » pour expliquer son geste

L’homme a indiqué « s’être blessé lui-même volontairement à l’aide d’une seringue et d’un cutter personnels qu’il avait récupérés à son domicile dans l’après-midi, et en se donnant des coups avec les poings sur la cuisse ». Devant les enquêteurs, il a expliqué son geste « par un mal-être qu’il ressent, qui l’aurait incité à cette mise en scène », selon le communiqué.

L’individu a été placé en garde à vue pour « dénonciation mensongère d’un délit imaginaire », depuis levée par la procureure qui a décidé de « faire procéder à une expertise psychiatrique et à une enquête de personnalité ». Pour ces faits, il risque une peine d’emprisonnement de six mois et une peine d’amende de 7500
euros.