Nouvelles négociations chez Toyota

— 

Quitte ou double pour les grévistes de Toyota. C'est ce matin, à 9 h à Onnaing, que se tient le deuxième acte des négociations portant, cette fois, sur une prime de 500 euros pour tous les salariés. « Nous avons retenu cette option devant le refus de principe de l'entreprise de nous payer les jours de grève », explique Eric Pecqueur, délégué CGT et élu au comité de grève.

Le blocage de l'usine, jeudi soir, avait paralysé la production, et permis l'ouverture de pourparlers dès le lendemain. La direction avait alors proposé d'indemniser les jours de chômage partiel à hauteur de 75 % du salaire brut, primes incluses. « Une concession importante », concède Eric Pecqueur. Mais le comité de grève refuse de lâcher tant qu'une solution ne sera pas trouvée concernant les jours de grève.

De son côté, la direction aurait engagé une procédure en référé pour obtenir le déblocage du site, et assigné des salariés pour entrave. W