Hauts-de-France : Natacha Bouchart, Benoît Déprez, Mourad Aliev et Gérémy Crédeville vont faire l’actualité en 2022

PREMONITION 2022 vient tout juste de démarrer, « 20 Minutes » vous présente les quatre personnalités des Hauts-de-France qui vont animer cette nouvelle année

Gilles Durand
— 
En haut à gauche, la maire de Calais, Natacha Bouchart; en haut à droite, Benoït Déprez, de l'institut Pasteur de Lille; en bas à gauche, le boxeur Mourad Aliev; en bas à droite, l'humoriste Gérémy Crédeville.
En haut à gauche, la maire de Calais, Natacha Bouchart; en haut à droite, Benoït Déprez, de l'institut Pasteur de Lille; en bas à gauche, le boxeur Mourad Aliev; en bas à droite, l'humoriste Gérémy Crédeville. — Montage: G. Durand / 20 Minutes
  • L’année 2022 va être rythmée par des élections, présidentielle et législatives, mais aussi de grands événements sportifs : JO d’hiver à Tokyo et Coupe du monde au Qatar en novembre. 20 Minutes vous dévoile quatre personnalités des Hauts-de-France qui vont également être dans l’actualité cette année.
  • La maire de Calais Natacha Bouchart, le boxeur de Ronchin Mourad Aliev, l’humoriste lillois Gérémy Crédeville et le scientifique de l’Institut Pasteur de Lille Benoît Déprez devraient faire parler d’eux.

Et si on jouait les Nostradamus ? L’exercice est périlleux, mais 20 Minutes ose vous livrer ses pronostics sur quatre personnalités dont on va entendre parler en 2022, dans des domaines aussi différents que la politique,  le sport, l’humour et le  Covid-19.

Natacha Bouchart, la maire de la migration

La maire de Calais, Natacha Bouchart.
La maire de Calais, Natacha Bouchart. - Marceau Voituron / SIPA

Et si la maire (LR) de Calais devenait ministre ou sous-secrétaire d’Etat ? Si, toutefois, la candidate des Républicains, Valérie Pécresse, devenait présidente de la République, en avril. Audacieuse hypothèse, mais lorsqu’on analyse le parcours de Natacha Bouchart qui avait intégré le clan des  meilleures maires du monde, en 2018, on s’aperçoit qu’elle n’a « pas peur d’aller au combat », comme l’avoue un expert de la politique à la région.

Vice-présidente de la région, chargée des ports et du littoral, Natacha Bouchart a même reçu Valérie Pécresse à Calais et bénéficié d’une entrevue privée pour l’occasion. Cette ex-cheffe du personnel d’un lycée privé, décrite sans charisme lors de son premier mandat à Calais, a, depuis, fait un bon bout de chemin, devenant même, un temps, sénatrice. Une chose est sûre, sa gestion des migrants –  décriée par certains – risque fort de s’inviter lors de la campagne présidentielle.

Mourad Aliev, la revanche du boxeur disqualifié

Le boxeur de Ronchin, près de Lille, Mourad Aliev.
Le boxeur de Ronchin, près de Lille, Mourad Aliev. - Universum

Son geste avait fait le tour de la planète. Disqualifié en quart de finale des Jeux olympiques, en août à Tokyo, le Nordiste Mourad Aliev avait refusé de quitter le ring. On apprendra quelques semaines plus tard l’ampleur de la corruption au sein de la boxe amateur  avec le rapport McLaren. Alors Mourad Aliev ne regrette rien. « J’ai bien fait de faire ça. Ça a mis en lumière l’injustice. Maintenant, l’histoire est digérée. Il ne faut pas rester où on est tombé. »

Depuis, le boxeur de Ronchin, près de Lille, est passé professionnel et a remporté aisément son premier combat chez les poids lourds. « Ça me place dans le top 500, j’espère intégrer le top 50 en fin d’année » avant d’avouer qu’il vise le titre de champion du monde dans quatre ou cinq ans. Arrivé de Russie à l’âge de 8 ans, Mourad Aliev a appris la boxe avec son père, Ozer, qui a bâti sa carrière en URSS. Le prochain combat aura lieu en février en Allemagne contre un adversaire encore inconnu. Le début d’une longue marche vers la gloire, sur les traces de  Tony Yoka ?

Gérémy Crédeville, l’humour est dans le chant… et la danse

L'humoriste Gérémy Crédeville.
L'humoriste Gérémy Crédeville. - Guillaume Collet / SIPA

Autant vous l’avouer, on aurait pu choisir son homologue lillois, Aymeric Lompret, qui comme lui, a dopé sa notoriété, en 2021, en faisant rire les auditeurs de France Inter. Mais il faut faire des choix. Et le nôtre s’est porté sur Gérémy Crédeville pour une raison toute simple : un gros rendez-vous l’attend en février, à  Lille, avec le premier festival d’humour XXL organisé par le fondateur du célèbre Montreux Comedy.

Grinçant ou absurde, l’humour de ce Lillois de 35 ans s’affirme d’année en année. Ancien coach sportif, Gérémy Crédeville est devenu humoriste un peu par hasard, après un faux discours hilarant lancé au cours d’un mariage. Néanmoins, il ne sort pas de nulle part. Il a fait ses classes dans le théâtre d’improvisation où son talent explosait à chaque représentation. Chanteur parodique ou danseur inopiné dans l’émission Danse avec les stars, il semble savoir tout faire. Et ça pourrait se voir encore plus en 2022 où il enchaîne une trentaine de dates jusqu’en juin avec son nouveau spectacle Enfin.

Benoît Déprez, un traitement contre le Covid-19, enfin ?

Benoît Déprez, professeur de l'université de Lille et directeur de l'unité de découverte de médicament à l'Institut Pasteur de Lille.
Benoît Déprez, professeur de l'université de Lille et directeur de l'unité de découverte de médicament à l'Institut Pasteur de Lille. - B.D.

L’espoir renaît à l’Institut Pasteur de Lille. Le directeur de l’unité de découverte de médicaments, Benoît Déprez, ne lâche pas l’affaire. Après avoir dû suspendre les recherches sur le clofoctol, traitement prometteur contre le Covid-19, ce professeur d’université de Lille reprend le flambeau en lançant une étude internationale qui pourra, cette fois, aller plus facilement jusqu’au bout. Tout dépend des financements.

« La découverte du clofoctol nous a aussi beaucoup fait avancer un autre projet de recherche pour lutter contre l’épidémie », explique Benoît Déprez. Il s’agit de concevoir un nouveau candidat médicament qui pourrait voir le jour avant la fin 2022. Ce projet bénéficie d’un financement européen et régional. «Le vaccin montre ses limites. Trouver des traitements complémentaires devient impératif, note Benoît Déprez. C’est pourquoi la Suisse vient aussi de lancer des financements sur quatre projets de traitements. »