Les Veuves de l'amiante reprennent leurs marches

REPORTAGE Elles continuent de réclamer un procès, et craignent la disparition annoncée du juge d'instruction...

Gabriel Thierry, à Lille

— 

Chantal Pakosz (à gauche) manifeste dans les rues de Dunkerque avec les Veuves de l'amiante, mardi 14 avril 2009, afin d'obtenir la tenue d'un procès.
Chantal Pakosz (à gauche) manifeste dans les rues de Dunkerque avec les Veuves de l'amiante, mardi 14 avril 2009, afin d'obtenir la tenue d'un procès. — E.DELPIERRE / 20 MINUTES
Une scie hurle contre le métal, un moteur ronronne, des mouettes ricanent. La vie quotidienne à Dunkerque, à peine troublée par un léger brouhaha. Sur le pavé, 200 personnes, silencieuses, manifestent ce mardi. Pour leurs morts. Pour leurs victimes de l'amiante.

Trois ans après avoir remisé pancartes et portraits grand format des disparus, les «Veuves de l'amiante» ont repris les marches. Elles veulent un procès de l'amiante, comme celui qui vient de débuter en Italie, où seront jugés deux ex-dirigeants d'Eternit.

«Si on hurlait, on nous entendrait loin!»

«On fait des marches silencieuses. Mais si on hurlait notre rage, on nous entendrait loin!» Chantal Pakosz, 55 ans, 12 marches au compteur sur les 13, est revenue défiler à Dunkerque. Presque cinq ans jour pour jour après la mort de son mari, un 17 avril, à 54 ans.

«C'est dur», confie la veuve avant la manifestation, dans sa maison d'Hardifort, dans les Flandres. Dur de retourner sur le pavé. Dur de vivre sans Sylvain, son mari, ouvrier puis cadre à la Sollac, usine sidérurgique aujourd'hui reprise par Arcelor.

Il confondait les fleurs et la neige

Dans le salon, le canapé sur lequel il dormait. La faute à cette tumeur qui l'empêchait de bien respirer allongé. Sa chaise pour dîner, désertée à Pâques. Les meubles qu'il aimait bricoler, son hobby.

«Ils ont détruit nos familles, enrage Chantal. Pour le boulot.» Dehors, dans le jardin, le prunier est en fleurs. Des fleurs blanches que son mari, dans ses derniers jours, a confondues avec la neige.
Alors, les mains tremblantes, Chantal a repris l'autoroute vers Dunkerque. Elles étaient 140 veuves en 2004. Elles sont désormais 370. Devant le palais de justice, elles s'embrassent, s'étreignent. «On ne vit pas, on survit», lâche une des veuves.

Nouvelles marches en mai et juin

Le cortège s'ébranle. S'arrête devant la sous-préfecture: une lettre est déposée. Pour rappeler leur opposition à la suppression du juge d'instruction, «un enterrement de première classe pour les dossiers sensibles», s'insurge Pierre Pluta, le président de l'Ardeva, l'association régionale de défense des victimes de l'amiante.

Retour devant le tribunal. Il est 11h30. Chantal, rassurée par la mobilisation, reviendra. Le 12 mai prochain, puis le 13 juin, pour la manifestation nationale. Puis encore. Elle continuera, tant que les «empoisonneurs» n'auront pas été jugés.

Procès dans quatre ans
Un procès au pénal est susceptible d'intervenir dans «au moins quatre ans», précise l'avocat des victimes. Interdite en 1997, l'amiante pourrait, selon les études, entraîner 100.000 morts d'ici 2025.