La Poste se recentre pour mieux faire le tri

Vincent Vantighem

— 

A terme, toutes les lettres du Nord transiteront par là. La Poste a inauguré la semaine dernière sa nouvelle plate-forme industrielle courrier sur le parc du Mélantois à Lesquin. Baptisée PIC, la structure doit permettre à l'entreprise d'aborder l'ouverture du marché à la concurrence, en 2011, dans les meilleures conditions.

Et les moyens sont importants : 85 millions d'euros investis, des machines « uniques en Europe », selon les dirigeants, et des tapis-moquettes plus confortables pour les salariés. Pilote de production, Henri les foule tous les jours. Et il apprécie : « Les conditions de travail sont meilleures. Mais c'est beaucoup plus speed aussi... » Dans son ancien centre de tri, il traitait 27 000 courriers en une heure. Ce jour-là, l'écran de sa machine affiche un chiffre de 44 000.

Tous les quinze jours, une nouvelle promotion de « postiers » rejoint les lieux pour une montée en puissance progressive du site. « Avant, le tri s'effectuait à Roubaix, Lezennes et Valenciennes, explique Alexis Antoszkiewicz, directeur de la PIC. Dès septembre, tout sera concentré ici. » Roubaix et Lezennes auront fermé leurs portes et Valenciennes deviendra alors une « plate-forme de soutien ». Grâce à des formations ou à des départs volontaires, tous les salariés « ont retrouvé un point de chute », assure la direction.

L'objectif du PIC est de distribuer 90 % du courrier dans les temps. Aujourd'hui, le Nord est à 85 % de moyenne. « Il reste une marge de progression, assure le directeur. Même si un courrier posté à Bastia n'aura jamais aucune chance d'arriver le lendemain... » ■