Les pêcheurs sont déjà noyés

— 

Les campagnes de pêche se suivent et se ressemblent sur le littoral nordiste. Comme l'an dernier, des pêcheurs devaient bloquer, hier soir, le site de transformation de poissons Capécure à Boulogne-sur-mer. Ils protestent toujours contre les quotas qui leurs sont octroyés pour l'année, jugés insuffisants. « On nous interdit de pêcher du cabillaud alors que la ressource est là », critique Bruno Dachicourt, secrétaire général CFTC des marins-pêcheurs.

Comme pour leurs collègues norvégiens et islandais, les fileyeurs nordistes réclament l'application d'un « quota de viabilité ». Estimé à 3 000 tonnes par an et par espèce, il permettait à la filière de survivre sans épuiser les ressources. Pour l'obtenir, ils pourraient même mener une opération escargot dans le chenal de Calais et bloquer les ports. « On ne négociera qu'avec le ministre ou le président de la République », prévient déjà Bruno Dachicourt. ■V. V.