Le maire de Hénin-Beaumont en garde à vue

Olivier Aballain

— 

La municipalité de Hénin-Beaumont n'a pas fini de sombrer. Hier matin, le maire Gérard Dalongeville et deux de ses anciens collaborateurs ont été placés en garde à vue au commissariat de Lens. Le maire, son ancien adjoint aux finances Claude Chopin et l'ancien éditeur du journal municipal, Guy Mollet, ont été arrêtés à leur domicile au petit matin sur demande du parquet de Béthune. Ils ont été interrogés toute la journée par la section financière de la police judiciaire de Lille. L'opération a été menée dans le cadre d'une enquête préliminaire ouverte par le parquet de Béthune.

Le Journal du Pays, placé en liquidation judiciaire en janvier 2008, est au coeur de l'enquête débutée en octobre dernier. D'après nos informations, la justice reproche à la municipalité de 2001-2008 d'avoir surfacturé un certain nombre de services du journal, dont l'insertion de publicités. Mais selon Brigitte Lamy, procureure de Béthune, « les investigations ne portent pas uniquement sur ce dossier ». La magistrate confiait hier à 20 Minutes disposer « d'éléments suffisamment solides pour justifier » un placement en garde à vue, pourtant rare dans le cadre d'une enquête préliminaire.

De nombreux élus d'opposition ont appelé à la « démission en bloc » de la municipalité. « L'occasion se présente enfin pour que le ménage soit fait et pour qu'Hénin-Beaumont ne soit plus montrée du doigt », a notamment réagi Pierre Ferrari, ancien adjoint (PS) qui a quitté la majorité en septembre. Marine Le Pen, conseillère d'opposition (FN), appelait quant à elle à la « révocation » pure et simple du maire. Mais une telle procédure, qui doit être avalisée en conseil des ministres sur proposition du préfet, n'est pas à l'ordre du jour. Après des investigations à son domicile, Gérard Dalongeville a dû accompagner les enquêteurs à la mairie toute l'après-midi. Sa garde à vue pourrait être prolongée ce matin. ■