Nord : Pourquoi manger des vers de farine est bon pour la santé et la planète

ALIMENTATION Une société nordiste fabrique de la poudre ou de l’huile avec une espèce particulière de vers de farine, le « tenebrio molitor ». Incorporé à faible dose dans certains aliments, cet ingrédient a des effets bénéfiques pour la santé selon son concepteur

Mikaël Libert
— 
le tenebrio molitor est riche en protéines, minéraux et en vitamine D (illustration).
le tenebrio molitor est riche en protéines, minéraux et en vitamine D (illustration). — V. WARTNER / 20 MINUTES
  • Les insectes sont un aliment avantageux d’un point de vue nutritionnel et environnemental.
  • Une société nordiste a élaboré un produit à base de tenebrio molitor, une espèce de ver de farine.
  • L’ingrédient est notamment riche en minéraux et en vitamine D3.

Un ver plein de bonnes choses. Parfois, il faut savoir aller au-delà des apparences, même si ce n’est pas toujours facile. C’est un peu pour cette raison que les insectes restent encore un mets rare en France, souvent achetés pour la blague lors d’apéros entre potes. Pourtant, ces petites bêtes peu ragoûtantes sont pleines de qualités, tant nutritionnelles qu’environnementales. Maline, la société nordiste Nutriearth a eu l’idée de développer un produit à base d’insectes comestibles sous forme de poudre ou d’huile à incorporer à certains aliments.

Basée à Lomme, près de Lille, Nutriearth aura tout de même mis trois ans à élaborer son produit. Une longue phase de recherche et développement qui s’explique par le fait que l’insecte choisi n’est pas un simple ver de farine. « L’ambition était d’utiliser les insectes comme des bioaccumulateurs à nutriments d’intérêts pour lesquels l’homme et l’animal sont souvent carencés », explique Thomas Dormigny, directeur de la société. La bête en question, c’est le tenebrio molitor, une espèce de ver de farine.

Un concentré de vitamine D3

Premier avantage, donc, au niveau de la santé. « Cet insecte est riche en protéines, en minéraux et surtout en vitamine D3. Cette dernière est essentielle, notamment pour assurer la fixation du calcium dans les os, mais elle est très peu présente dans les aliments », assure le directeur de Nutriearth. Selon lui, consommer quotidiennement en faible quantité, son produit s’avère bénéfique pour l’immunité, le tonus musculaire ou encore contre l’ostéoporose.

L’autre avantage de taille concerne l’élevage du tenebrio molitor. « On ne produit rien pour nourrir ces insectes, ils mangent des résidus de végétaux bio non utilisés pour l’alimentation humaine, comme du son de blé ou des drêches de maïs », insiste Thomas Dormigny. Cette espèce particulière n’a pas non plus besoin d’eau, l’impact sur les ressources de la planète est ainsi considérablement réduit.

Reste la barrière psychologique à franchir. « Manger des insectes, cela se fait depuis longtemps dans certains pays mais ça commence seulement à entrer dans les mœurs en France », déplore-t-il. Pour faire passer la pilule, la poudre de tenebrio molitor ne sera incorporée aux aliments qu’en faible quantité, 4 % maximum. « Cela n’altère en rien le produit fini, ni l’odeur, ni la couleur, ni le goût », promet le chef d’entreprise. De toute façon, Nutriearth ne commercialise son ingrédient qu’aux professionnels. « Beaucoup sont intéressés et attendent seulement que l’on obtienne l’agrément pour l’alimentation humaine avant de se lancer », poursuit l’entrepreneur, ajoutant qu’il avait déjà obtenu celui pour l’alimentation animale.